Au printemps 2017, je me suis mis en tête de rallier Amsterdam, Brême, Prague, Vienne, Ljubjlana, puis revenir à Marseille par l’Italie à moto et en 10 jours. Soit 4600 km de roadtrip et 24h chrono dans chaque ville.

L’épisode 1 est par là. L’épisode 2, ci-dessous :

Avant de commencer, sache que ce billet est le fruit d’un cerveau dérangé qui cherche plus à divertir que vendre les charmes de Prague, traite les autres touristes et lui-même de « connards » – et pour toutes ces raisons, percera certainement jamais dans la catégorie blogs voyage. En revanche, si tu me suis du début à la fin, il est possible que tu te marres un peu. D’autant que le prochain billet s’intitulera « Pourquoi j’ai adoré Prague« .

Quand je quitte mon pote et sa compagne après trois jours à Brème – j’y ai fait connaissance avec mon filleul non officiel, Aurèle, 6 mois, super mignon et tous sourires – pour tracer vers Prague, j’entre en terra incognita. Le point le plus oriental d’Europe où je me sois jamais aventuré en bientôt 37 ans. J’exclus Udine en Italie, pour me rendre à un festival du film asiatique, alors étudiant en cinéma promis à un bel avenir.

L’Italie pour un Provençal, c’est comme Issy-les-Moulineaux pour un Parisien ou la Belgique pour un Lillois : c’est juste l’appart d’à côté, c’est pas comme si on allait s’envoyer des cartes postales, non plus.

carta marina Olaus Magnus terra incognita giants monsters seas
Extrait de l’édition de 1572 de la carta marina d’Olaus Magnus. Bibliothèque Nationale de Suède.

Je franchis la frontière Allemagne – République Tchèque à 230 à l’heure (record battu) au son des Chœurs de l’armée rouge, en brandissant mon harpon, prêt à dézinguer des poulpes de 40 mètres. Enfin, ça c’est dans la version cinéma, signée par Michel Gondry. Parce qu’en vrai, je redescends très vite à des vitesses convenables, et en guise de monstres marins je trouve des panneaux m’indiquant que l’autoroute est payante, via l’achat d’une vignette.

French fumisterie

Alors que d’habitude je suis plutôt brave garçon bien élevé et tout (plus musées que drogue et putes), je choisis d’ignorer les injonctions. Trop compliqué de m’arrêter. Trop perte de temps. Trop la flemme. Sûrement trop cher, alors que je suis à trois mois de partir au Japon, que j’ai un découvert plus grand que la zone de quarantaine à Fukushima, et que j’ai prévu d’aller camper les 3 derniers jours de cet Euro-trip pour économiser un peu.

J’ai été très con.

En écrivant ces lignes, je me renseigne, et vois que la vignette tchèque pour 10 jours, c’est 12 euros. Moins cher que le verre de whisky que je sifflerai 3 jours plus tard à Vienne. Surveille tes écrans : THE FABULOUS LIFE OF ZE FRENCH FUMISTE, réalisé par Michel Gondry, sort le 32 août.

LA VIGNETTE TCHÈQUE POUR CIRCULER SUR L’AUTOROUTE EST A 12 EUROS LES 10 JOURS, OKAY ? Tu la trouves à la première aire de repos qui passe.

prague hotel de ville horloge praha
Un mec perché se cache sur cette photo de la place de de la vieille-ville de Prague. Sauras-tu le retrouver ?

Ciel bleu peint sur la façade, chat écrasé et Kim Jong Un à moto

J’ai pris un AirBnB à 18 euros la nuit et à 10 bornes de Prague, dans la rue pavillonnaire d’une banlieue sans charme, à quelques centaines de mètres de barres d’immeubles très « ciel bleu peint sur la façade » et très communistes.

J’angoisse un peu pour la moto qui va rester 2 nuits dans la rue. En 3 ans, j’ai fait ça sur les doigts d’une main, quand vraiment j’avais pas choix. Que quelqu’un puisse me la piquer, la rayer, pisser dessus tout bourré, c’est ma hantise, juste après l’accident – mais ça j’ai déjà donné.

J’imagine la scène, sur le coup des 3 heures du matin :

EXT. RUE PAVILLONNAIRE. NUIT

Une petite rue pavillonnaire de la banlieue sans charme de Prague. Il est 3 h du matin, tout est endormi, sauf le matou du quartier.

Le matou traverse la route et

SPLOUTCH

explose quand la roue avant d'un van tout pourri s'arrête dessus dans un crissement de pneu tout mouillé.

                                                                                     HOMME DE MAIN

                                                                                       (en russe)

                                                                                  Hé mon vier !

Gros plan sur le pare-chocs arrière du van tout pourri, barré d'un sticker <3 POUTINE.

Les portières s'ouvrent, et TROIS HOMMES DE MAIN COSTAUDS descendent du van. Le premier ouvre les portes du coffre, les deux autres soulèvent la magnifique Street Triple R de Jeremy et la mettent dans le coffre, aidés du 1er homme de main.

L'alarme de la moto a à peine le temps de se déclencher que les hommes de main claquent les portières du coffre, remontent dans le van et s'enfuient en tapant des vodka-cerise cul sec.

FONDU ENCHAINÉ

INT. AVION. JOUR 

Dans l'avion qui le ramène en France, Jeremy pleure toutes les larmes de son corps en enchaînant les vodka-cerise (inconscient de l'ironie de la chose) à la mémoire de sa belle moto volée.

EXT. CORÉE DU NORD. JOUR

La superbe Street Triple R de Jeremy (c'est vraiment une chouette moto) est livrée à Kim Jong Un. Il l'enfourche avec difficulté, tente de passer la 1ère, mais comme il a jamais fait de moto, il tombe à l'arrêt, ce qui raye tout le flanc droit, pot d'échappement, réservoir, tout. Un pur désastre pour une moto aussi mirifique. Jong Un fait assassiner les malheureux témoins de la scène, empile les corps sur la Street Triple, fout le feu et va se laver les mains avant de goûter. 

FONDU AU NOIR, GÉNÉRIQUE DE FIN 
SÉQUENCE POST-GÉNÉRIQUE :

Tony Stark passe en dansant la zumba et annonce Avengers contre Transformers pour 2020. 

FIN.

Ce rêve bleu, je n’y crois pas c’est merveilleux

Une fois rafraichi et repoudré, je reprends Brienne pour entrer dans le vif du sujet et le centre-ville de Prague.

Avec un autre moment de fumisterie contrôlée en me garant à 50 mètres de la place de la vieille-ville, sur une zone bleue. C’est à dire une zone réservée aux résidents munis de la carte ad hoc. Honnêtement, j’ai chaud, j’ai mal au cul après 600 bornes dans la journée. Et pis comme qui vole une vignette vole un boeuf vole une carte de zone bleue, je me gare sans trop chercher plus avant.

Je suis un gros rebelle, en fait.

Nota : je fais le mariole, à pas payer les vignettes/péages à 12 euros et faire fi des zones de stationnement réservées, mais c’est exactement le comportement de touriste connard que j’essaie de décourager dans ces colonnes. Le genre de comportement qui énerve les locaux et pousse les autorités à pondre des lois toujours plus enquiquinantes. Je me console en me disant, pour le stationnement, qu’une moto est plus discrète / économe en place qu’une voiture, et jouit comme souvent d’une certaine tolérance. Mais c’est une cascade que je défends de reproduire si tu es en voiture. Et je te préviens, à Prague, j’ai vu les flics patrouiller et verbaliser au stationnement plus d’une fois.

place horloge mairie hotel ville prague
Toi qui fais le touriste, abandonne tout espoir de te sentir unique.

Place de la vieille-ville de Prague, une certaine idée de l’enfer. J’exagère. Un peu. Un peu seulement.

Le Cartoville prêté par ma collègue de boulot en poche, j’arrive très vite à la place de la vieille-ville et place de l’horloge astronomique.

Et là, c’est le drame. Après 3 jours de dolce vita à Brème, à manger des glaces et dîner dans des néo-distilleries de bière artisanale, ma condition de touriste me revient en pleine figure et je (re)découvre trois règles immuables :

    • quel que soit le nombre de kilomètres parcourus, tu peux être certain que le truc que tu es venu voir sera bien gâché par des échafaudages et bâches de travaux juste pour ton passage. En général, ça va de pair avec le tableau de maître prêté à ton musée national juste quand tu as fait 1000 bornes pour venir le voir
    • Les endroits jolis attirent du monde
    • Il y a beaucoup beaucoup de monde dans le monde

J’avais pas connu pareille angoisse depuis la tour de Pise, deux ans plus tôt. Soleil de plomb liquéfié de début juillet, et un millier de bedeaux heureux de tous faire la même photo tro rigolote (et sa variante follement décalée).

Pont Charles, check

pont cherles charles prague praha karlova bridge
J’ai voulu faire comme Hitchcock, c’est pour ça qu’on voit mon ombre. Ou peut-être que je dis ça pour camoufler mon incompétence en photographie.  #nofilter

Le Pont Charles en lui-même (15 minutes de marche de la place de la ville-ville), y’a pas de quoi casser 3 pattes à un canard…

Mais la vue est sympa

vue du pont charles charle karlova bridge prague praha
Ouaip, j’avoue, la vue est pas mal.

Après ça il est un peu tard pour enquiller une autre visite. Je retourne vers le centre ville, agressé par le monde et les devantures de boutiques de massage thaï rouge fluo, dont l’une d’elles avec un rabatteur black de 2 mètres en kimono. Sans déconner.

Résumons :

  • il fait chaud
  • la façade de l’horloge astronomique est en travaux (et je m’aperçois en écrivant ce billet quelques semaines après, que comme un âne, je suis complètement passé à côté du spectacle qu’elle offre en sonnant les heures, faute d’avoir fait mes recherches avant d’y aller).
  • il y a du monde
  • la place de la vieille-ville est squattée par les « artistes de rue » et les touristes en quête de la mauvaise photo ultime
  • idem sur le pont Charles
  • j’ai très peu envie de massage thaï

Là, de suite, comme ça, Prague m’a gonflé.

Heureusement, j’y suis resté un jour de plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *