Alors, la LifeStraw c’est une paille. Filtrante. Pour purifier de l’eau. Et boire partout. Parce que boire c’est important. Et qu’on trouve pas de l’eau potable partout. Voilà. Comment je me suis retrouvé avec ça entre les mains ? Est-ce que ça me sera d’une quelconque utilité ? Comment tester efficacement un tel truc ? Je sais pas trop. Mais j’ai essayé.

Je t’avoue qu’à Noël dernier, je m’attendais à tout, mais pas à me retrouver avec une LifeStraw. Sauf que je commence à pas mal barouder, et que j’ai a) des gens qui m’aiment et 2) me connaissent un peu.

Et puis j’ai un blog voyage et moto, en plus. Tout est bon à prendre pour l’alimenter. Même

les tests qui pourraient tenir en deux paragraphes, tirés de l’argumentaire du fabricant :

“Tous les produits LifeStraw utilisent une membrane dotée de pores microscopiques qui piègent les contaminants. L’eau peut passer au travers, mais les contaminants (bactéries, parasites) supérieurs à 0,2 microns restent piégés.

Certains de nos produits utilisent en plus une capsule de carbone qui absorbe les composants chimiques comme la chlorine et les pesticides.

LifeStraw enlève 99,999% des virus (et pas un 0,9% de plus, ndlr) de l’eau.”

Paille eau filtrante LifeStraw

Je te passe le couplet qui dit qu’une partie des bénéfices de la LifeStraw compagnie finance l’accès à l’eau potable dans les pays qui en ont besoin (mais c’est chouette, il faut le reconnaître).

LifeStraw a développé une ribambelle de pailles, gourdes, carafes, pour tous les usages. Et tous les prix.

Personnellement, j’ai reçu la LifesTraw original : un cylindre en plastique bleu capable de filtrer 4000 litres d’eau au cours de son cycle de vie, sans aucune pile ou chargement. 5 ans d’utilisation intensive, quoi. C’est plus qu’il en faut pour un seul homme.

Alors je me suis mouillé, et j’ai testé.

J’ai testé à la maison, devant la téloche.

LifeStraw Life STraw paille filtrante test
…and chill.

A la fontaine publique en bas de chez moi :

Test LifeStraw paille
Qu’est-ce qu’on ferait pas pour faire sourire ses lecteurs sur un blog…

A la cascade Achaine, à une flaque d’eau du village d’Imlil, au Maroc.

LifeStraw Life Straw test paille filtrante

Et je suis toujours vivant. Et l’eau avait le goût de l’eau.

Tu l’auras peut-être deviné, je suis toujours un peu goguenard quand je m’attaque à des tests de matériel. Va lire ceux des vêtements en mérinos ou de la machine à laver de voyage Scrubba, par exemple.

D’autant que ma rigueur intellectuelle me commande que pour un test, un vrai, il eut fallu que je porte mes échantillons d’eau à analyser avant et après filtration avec LifeStraw… en cherchant de préférence les points d’eau les plus sauvages et cracras qui soient, comme une mare d’hippopotames au Parc Kruger, en Afrique du Sud.

Or je t’aime bien, mais pas assez pour mettre ma vie en danger gratuitement.

Tout au plus pourrais-je souligner que le bidule fait 57 grammes. Et qu’il est pas facile de tirer dessus à la première utilisation, vu l’épaisseur du filtre, il faut avoir de bons poumons.

Le fond du fond, c’est que la LifeStraw est un produit bien particulier, qui s’adresse aux baroudeurs de l’extrême ou aux écolo-guerriers,

ceux qui préfèreront boire dans une flaque ou une fontaine plutôt qu’acheter une bouteille plastique.

Les autres trouveront de l’eau bonne à la consommation dans 99,999% de leurs destinations !

Lire aussi : ma top liste de cadeaux pour baroudeurs.

Parce que ça va mieux en le précisant : je n’ai pas touché un kopek de LifeStraw ni aucune forme de réduction pour parler de leurs produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *