Dans les requêtes tapées sur les moteurs de recherche pour arriver sur Roadtrippeur, j’ai trouvé récemment “préparation physique road trip moto”. Merci à toi, généreux anonyme, qui m’a servi une idée de billet sur un plateau.

Comment se préparer physiquement pour un long road trip moto ? Comment s’entretenir sur la route ? Le faut-il seulement ? Taillé comme un clou Relativement svelte, ma forme physique fait illusion depuis toujours, je suis pas le mieux placé pour répondre. Alors j’ai d’abord posé la question sur mon groupe de discussion motard préféré.

Et puis j’ai demandé à deux médecins. Des vrais.

Photo de une : Matthew Hume, Unsplash.com

Tout dans la tête ?

L’être humain est fait de chair et d’états d’âmes. Tu peux le tourner comme tu veux : “quand on veut, on peut, “la foi déplace les montagnes”, tu peux encore chausser tes lunettes rondes : “mmm qu’est-ce que l’âme ? Commençons par définir les termes du débat”…

Impossible d’évacuer cette idée bien engrainée que “c’est dans la tête que ça se passe”. Les motards la partagent avec les spiritualistes, sportifs de haut niveau, timbrés de toutes sortes. Je pense en particulier aux adeptes du jeûne et des journées de 15 heures à coder l’application qui fera d’eux les prochains Steve Jobs.

Laurent, déjà parti un mois et 14 000 km vers l’Asie centrale, est de ceux qui pensent que tout est affaire de mental : “le voyage fait le pilote, on s’adapte sur le moment. Écoutez-vous, prenez de vraies pauses pour vous remettre d’aplomb et ne forcez pas. Si le voyage vous plait vous aurez l’énergie, et si la tête va le reste suit. Je viens de rencontrer il y a 4 jours un français de 72 ans en GS sur les hauteurs de Tinghirt, au Maroc, à 2000m d’altitude. Il était frais comme un pinson”.

casque gants shark
L’entretien physique pour un road trip moto, tout dans la tête ?

“Le voyage fait le pilote”

Hélène, 53 ans et “de gros ennuis de santé”, abonde : “Une envie de dingue de voyager depuis toute petite ne m’a jamais quittée et m’a aidée à tenir coûte que coûte. Je suis partie l’été dernier en piteux état au Cap Nord, 12000 km, juste grâce à l’envie de vivre, à l’amour que j’ai pour les voyages à moto et pour mon compagnon de voyage.”

Corinne plussoie : “Mon manque de condition physique est effectivement largement compensé par la passion de la moto, du voyage et du partage.”

Le road-trip moto, plus fort que Weight Watcher’s

A côté des mentalistes, il y a ceux qui fanfaronnent : “Avant le départ : aucune préparation. Donc j’en bave les premiers mois… j’ai perdu dans les 20 kg voire plus jusqu’à présent,” sourit Jean-Jacques, alias Le Saltimbanque amoureux, grand voyageur moto et contributeur régulier de Road Trip Magazine. “Pendant le trip, quand j’ai faim, je mange. Quand je suis fatigué, je dors. Quand j’ai soif, je bois. Quand j’ai envie d’un bon resto, je vais dans un bon resto…”

Michel complète : “Aucune préparation. A chacun sa capacité de résistance, de toute manière tu perds 1 kg par semaine.”

Ouh là. Je découvre la règle tacite des 1 kilo perdu par semaine, et j’ai peur. Je fais 65-67 kilos (quand ça va), alors imagine le jour où je pars trois mois…

préparation physique entretien moto road trip moto
Photo Ashwini Chaudhary, Unsplash.com

Et l’apéro ?

Juste à côté, il y a la catégorie de ceux qui, quoi qu’il arrive, seront toujours à l’heure de l’apéro.

“Je fais des pompes …et des réserves de Picon,” se rengorge JC. “Moi j’arrête le Ricard avant l’apéro deux jours avant mon départ,” souligne Simon, dans une blague que je relis trois fois et mets 10 secondes à comprendre.

Dominique assure être partie 3 semaines et 11 000 km dans les pays nordiques avec “saucisson et Ricard dans les bagages”.

A ce moment précis de la discussion, je suis perdu. On dit que l’alcool fait grossir. Dois-je enlever ma tenue de pluie de mes sacoches cavalières pour laisser la place à une bouteille de whisky et du sauciflard, histoire de compenser le kilo perdu chaque semaine ?

Road trip moto
Photo Jared Poledna, CC Unsplash.com

“Pour moi, la préparation physique est importante sur un road trip moto”

Nikko est à 4 mois de partir pour un road-trip moto européen de filou. Et pour lui, la préparation physique est essentielle. Je pars sur 2 mois pour 17 000 km. Bien que mon travail soit physique, j’ai repris le footing, je refais du cardio et surtout je remuscle le dos. Pour ça on fait des exercices de gainage, on va nager. Surtout avant de partir je vais voir 48 h avant mon ostéo… une bonne remise en place fait du bien !”

Chloé se montre elle aussi extrêmement bonne élève : “Pour ma part je suis partie 1 mois dans les pays de l’Est pour 10 000 km. Je suis sportive et pourtant je me suis préparée avec un entraînement spécifique et ciblé, un mois et demie avant le départ. J’ai pour cela demandé un plan particulier à une amie physiologiste du sport. Entraînement en extérieur pour renforcer le haut du corps (épaule, rein, cervicales et dos), beaucoup de gainage et de renforcement musculaire afin d’améliorer la tenue sur route. Au final je n’ai eu aucune douleur ni raideur durant l’expédition.”

Vincent est catégorique : “Je fais de la course à pied toute l’année. Quand je pars pour un gros trip, j’ai toujours mes baskets dans un des coffres pour courir. Une bonne condition physique est nécessaire si on veut partir loin sur une courte période.”

road trip moto
Photo Sandra Seitamaa, CC Unsplash.com

Qu’en disent les médecins ?

Impossible d’aborder le sujet sans l’avis d’au moins un toubib, tu crois pas ? De préférence motard. J’ai donc contacté les docteurs Lucien Esquerre et Jacques Candillon, de l’association Moto Club Médical – un groupe d’amis médecins qui vadrouillent ensemble plusieurs fois par an.

Lucien a pris sa retraite après 36 ans de médecine généraliste. Motard depuis 27 ans, il roule en R1200 RS de 2015. “Une petite merveille,” s’amuse-t-il.

Jacques a raccroché la médecine généraliste après 34 ans, et détient le permis A depuis autant d’années. Sa moto de chevet est une 1200 RT, plutôt bien adaptée pour les chevauchées en duo avec Madame. Jacques a posé ses roues au Maroc, en Irlande, en Espagne, au Portugal…

Je commence par leur demander de quoi souffrent les motards en général.

“Le plus souvent, les motards vont souffrir de pathologies lombaires, du fait de secousses sur un macadam pas forcément accueillant,” me dit Lucien. Certaines positions de conduite, comme le fait de maintenir un accélérateur sur autoroute, peuvent entraîner des tendinites. Je pense aussi aux cervicalgies, avec le casque.”

“Ça dépend de l’âge. Chez les jeunes motards, les sportifs, on ne voit pas beaucoup de complications,” précise Jacques. “Sinon les poignets, le dos… enfin, ça, ça peut toucher tout le monde. Un motard peut cependant faire attention à sa position de conduite. Ça dépend aussi de l’engin. J’ai eu certaines motos moins adaptées à ma condition physique, je les ai revendues.”

désert moto
Photo Fabian Schmiedlechner, Unsplash.com

Et donc, faut il se préparer physiquement pour un road trip moto ?

Quant à l’intérêt d’une préparation physique pour un road trip moto, Lucien se montre un tantinet réservé, précisant qu’il est lui-même assez sportif, et qu’il a “la machine qui va bien”.

“Oui, on peut faire du renforcement physique. Mais je n’ai pas de conseil à donner si ce n’est, sur la route, de savoir poser la machine régulièrement et s’hydrater. Au moins toutes les 2 heures. Surtout l’été, en se trimbalant avec des tenues protectrices assez épaisses. Après, c’est vrai qu’on travaille beaucoup avec les mains sur le guidon. Là encore, il faut savoir faire des pauses.”

Pour sa part, Jacques assure : “On peut, bien sûr se préparer physiquement pour un long road trip moto. La condition physique et psychologique, c’est primordial en moto. Il est exclu de consommer des boissons alcoolisées, et je ne parle même pas des produits toxiques. Le fait de pratiquer des sports d’endurance comme la course ou le vélo est le bienvenu. Éventuellement de la musculation. Lors de mon voyage au Maroc, j’allais courir tous les matins dans les villes où nous nous trouvions. Ça me faisait du bien avant d’enquiller une journée sur la selle.”

Comme Lucien, Jacques évoque logiquement l’importance de faire des pauses régulières sur la route.

CQFD.

préparation physique road trip moto santé
En road trip, fais des pauses ! Photo Lautaro Andreani, CC Unsplash.com

“On ne peut pas se permettre de rêvasser”

Enfin, tant qu’à avoir deux docteurs motards sous la main, je leur demande s’il veulent en profiter pour donner deux-trois conseils de sécurité.

Lucien souligne : “la sécurité à moto, c’est la vigilance et la connaissance de ses limites. Il faut savoir rester à son niveau. Les accidents arrivent quand on veut suivre quelqu’un qui va plus vite que soi sans en avoir les capacités de pilotage.

Jacques : “On ne peut pas se permettre de rêvasser. Il faut être entièrement à ce qu’on fait, ne pas se laisser distraire. J’ai toujours refusé d’avoir la radio sur mes motos. La moto demande une concentration importante, comme la lecture. Y compris sur des petits trajets en ville, on ne peut pas se permettre de penser à autre chose.”

Tu l’auras compris,

la nécessité d’une préparation physique pour un road trip moto dépend en partie de ta forme, ton âge, ta monture. Perso, après deux roads trips de 4000 bornes, et bientôt un 3e, j’ai une seule fulgurance à te donner.

Évite le sac à dos à tous prix. C’est le piège, qui quoi que tu mettes à l’intérieur finit toujours par peser trop lourd à la fin de la journée. A la rigueur, prends un sac à dos pliable dans la poche pour mettre tes importants (papiers, appareil photo…) quand tu pars à pieds pour une visite.

Lis aussi : 4 conseils pour un premier grand road trip moto, 4 choses que j’ai apprises suite à mon 3e grand road trip.

Propos recueillis en avril 2019. Merci au groupe FB “Les amoureux du voyage moto”, aux docteurs Lucien Esquerre et Jacques Candillon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *