En 2020, trois ans après sa publication (après mon premier road trip moto), ce billet rencontre un certain succès. Alors je l’ai remanié pour te donner les bases des conseils pour réussir ton premier grand road trip moto.

Pour passer au niveau expert, regarde les liens dans la conclusion.

Oh, et pour répondre vite-fait à plusieurs requêtes qui ont pu te mener sur ce billet :

  • une Street Triple, c’est par essence inconfortable. A toi de voir ton rapport avec elle au quotidien pour te lancer dans la baroude. Moi, j’y ai lesté un sac de 50 litres à l’arrière, deux sacoches cavalières (qui ont décapé et cassé les écopes), et j’ai fait 3 road trips pour un total de 35 000 bornes. Je me suis éclaté, mais j’ai souffert.
  • il n’y a pas de pays conseillé pour un premier road trip moto. Prends celui qui te fait le plus kiffer toi, pas les potes ni papy ni moi. Même la France, si tu veux : il parait que c’est pas mal.
  • il n’y a pas de kilomètres journaliers conseillés pour un premier road trip solo en moto : c’est au feeling. Certains s’éclatent à rouler toute la journée. A toi de tester. Mais je conseille de pas faire trop (plus ci-dessous).

Avant d’entrer dans le fil du sujet…

Mon premier road-trip m’a fait partir de Marseille pour passer par Amsterdam, Prague, Vienne, Ljubljana. Tout ça en 9 jours.

Mon deuxième m’a emmené jusqu’en Grèce par les Balkans (tu peux chercher sur le blog, j’ai largement écrit dessus). Environ 4000 bornes et une quinzaine de jours.

Mon troisième m’a fait parcourir les États-Unis en 3 mois et 25 000 kilomètres. En Street Triple R, oui.

Travaille bien ta moyenne journalière

Pour un premier gros road trip moto, sur le papier, il y avait pas vraiment de difficulté. Je me suis mis 400 bornes en moyenne par jour. Une grande pause de trois jours à Brême. Des étapes de 24h dans les capitales.

Je continue de penser qu’un tel programme est à la portée de n’importe qui – je pense surtout à toi, jeune, qui tous frais émoulu de ton permis A, a qu’une envie, c’est de bouffer de l’asphalte à pleines dents.

Cependant j’en ai un peu bavé.

Changer régulièrement de lieu de couchage, emballer remballer ses affaires, alterner des larges portions de route avec des visites de ville en mode hyperactif, chaque fois chercher à se garer, se transbahuter casque et blouson, le stress de laisser ses bagages sur la moto pendant une petite visite, la chaleur…

Tout ça conjugué à la route et au vent dans ton casque. A la longue, ça fatigue, même si tu es en excellente condition physique.

Il te faut impérativement réfléchir ton équilibre route / découverte sur place

Je conseille à un débutant de pas charger la mule pour son premier grand road trip moto. Pas parce que “c’est pas faisable”, si tu as 20 ans ou si tu es motivé tout est faisable. Tu peux enchainer les journées à 900 bornes et les nuits en boîte, avec un rail de coke de temps en temps en carburant au Red Bull dans tes Frosties, pas de soucis.

Mais le manque d’expérience augmente la fatigue sur longues distances. C’est un fait. Et dès lors que tu vas vouloir explorer, visiter un peu, tu vas avoir du mal à profiter de ta journée si tu sors chaque fois de 6-7 heures de route.

Un road trip est pas un concours de celui qui a la plus grosse.

Tiens, tu peux aussi aller lire Faut-il se préparer physiquement pour un road trip moto ?

road trip moto matériel camping trek routard bagages moto
Au plus tu voyages léger, au mieux c’est. Illustration ici pour un road trip moto de 10 jours, affaires de toilettes comprises.

Fuis l’autoroute. L’autoroute pour un road trip moto, c’est chiant. Vraiment

J’ai sciemment choisi de privilégier les visites de ville à la route, ce qui signifiait : tracer via l’autoroute.

Sauf que je me suis royalement fait suer, pour rester poli, entre Brême et Prague (800 bornes). Encore plus au retour entre l’Autriche et mon chez moi : 1500 kilomètres quasi d’affilée (plus à ce sujet un peu plus loin). L’autoroute c’est long, tout droit, on voit pas l’intérieur du pays.

Est-ce que j’ai besoin de développer ?

Non, vraiment, on a pas inventé la moto pour se faire de l’autoroute.

Street Triple Road trip moto bagages campement moto
Sur cette photo (atrocement mal cadrée, oui je sais) tu vois 1) que je porte un gilet airbag 2) le paquetage tapis de sol avec doudoune à l’intérieur qui a lâché entre Brême et Amsterdam.

Fais bien ton sac…

Faisons court, faisons bien : malgré mes déclarations d’intention à l’ouverture de ce blog, il me faut aujourd’hui te le dire : oui, je vois maintenant l’utilité des billets tutos pour cerveaux lents. Car oui, j’ai fait deux erreurs grossières, dont j’ai même un peu honte de parler ici.

Je suis parti fin-mai début juin avec une veste moto d’été comme vêtement le plus chaud. Autant te dire que si mon pote de Brême m’avait pas prêté un gros pull en plus, j’aurais dégusté sur le reste du voyage. Je me suis bien gelé sur le retour, à 130 sur l’autoroute, à 4 heures du matin.

Toujours prévoir les aléas climatiques, le fait qu’il fait plus frais et que le temps change plus vite en montagne, etc.

…et accroche-le comme il faut

Pour ce qui est d’accrocher ses bagages, ça, ça doit se vérifier à chaque trajet. Sois sûr de pallier à tout problème avant de démarrer. Je veux dire qu’un “petit” souci d’accroche en partant, entre la vitesse (le vent) et les vibrations, c’est la possibilité d’un gros pépin au tournant.

Gros moment de solitude et grosse frayeur, quand j’ai perdu mon tapis de sol et une petite doudoune qui était roulée en boule à l’intérieur, à 140 sur l’autoroute entre Brême et Amsterdam. Je me suis arrêté au bout de quelques centaines de mètres, suivi par la voiture de derrière que mes effets personnels ont heurté en plein pare-brise.

Ça va, une doudoune ça fait pas grand dégâts, et le type est vite reparti.

Quant à moi, j’ai envisagé un moment de faire demi-tour sur la bande d’arrêt d’urgence pour aller chercher le tout. Avant de me dire que c’est justement avec ce genre de décisions mal avisées qu’il y a des gens qui décrochent des Darwin Awards (en français, ici)…

Du coup adieu doudoune, tapis de sol, veaux, vaches, couvées, et string de la crémière.

Bref. Les bagages pour un road trip moto, ça s’improvise pas et ça s’attache bien. 

Tous les matins !

Lac de Bled Slovénie
Le lac de Bled en Slovénie, temps fort de ce premier road trip moto dont j’ai pas vraiment profité (cf plus bas).

Prévois du repos. J’ai bien dit : du repos

Visiter une ville en 24h, c’est pas vraiment du repos. Tu vas vouloir en voir le plus possible. Souvent sans t’en rendre compte, tu vas enquiller les kilomètres de marche entre deux monuments.

Si tu as un programme réglé jour par jour, et si tu as un road trip de plus de 8 jours, je te conseille de mettre un jour “blanc”. Un jour sans rien du tout. Un jour joker ou tu vas passer un peu plus de temps dans une ville, ou glandouiller au bord de la mer / d’une piscine.

Voire tout simplement gérer un gros coup de pompe.

Comme ce qui m’est arrivé en Slovénie, dernière étape du voyage. Bled, plus précisément, un lieu sublime où j’aurais du rester profiter. Sauf que je savais que j’étais arrivé au point le plus éloigné du voyage. Qu’après ça, tout ne ferait que me ramener à la maison. En même temps j’étais sur la route depuis 8 jours, ma petite meuf me manquait.

J’ai eu un gros coup de blues que j’ai pas su gérer.

kremnsita kremnista kremsnita bled slovénie
Le Kremsnita, allias Mille-Feuilles Croate, fait la réputation du lac de Bled, en… Slovénie (et plus précisément à la pâtisserie Smon). Je confirme : ça tue. Mais ce jour-là c’était pas assez pour me convaincre de rester.

Et au lieu de me poser la journée, de laisser la nuit me porter conseil : j’ai abrégé le voyage et suis rentré à la maison.

Ce qui m’a donné une belle journée de n’importe quoi. Départ de Vienne vers les 9 heures du matin. Arrivée à Bled en milieu de journée, tour du lac en une heure, avant de traverser le nord de l’Italie toute la nuit pour être de retour dans mes pénates à 5 ou 6 heures du matin. Je te dis pas dans quel état. 1500 bornes…

Je me répète : en cas de road trip au long cours, un jour blanc tous les 8 / 10 jours est pas une mauvaise idée. 

Voilà voilà l’essentiel.

Je complète ce billet avec 4 choses que j’ai apprises sur mon 2e road-trip moto (plutôt destiné à ceux qui ont peur de partir) et surtout 3 secrets d’un road trip solo réussi, que je te conseille vivement pour faire le tour de la question. Et j’ai aussi pondu avec beaucoup d’amour un guide pour voyager léger en road-trip moto.

compteur kilomètrique street triple r road trip moto
Et voilà. Emballé, c’est pesé.

2 Comments

  1. Bonjour, j’ai beaucoup aimé lire votre article mais je me demandais : comment trouvez-vous les endroits adéquats pour dormir ? Vous rechercher des aires de camping ou vous vous arrêtez juste en lisière de forêt ?

    1. Hello Noah, très bonne question ! Il y a plusieurs manières de faire.
      Si tu es certain de ton parcours, tu réserves à l’avance. C’est rassurant pour les angoissés de la vie. Mais on perd en spontanéité et en liberté. Pour mes road-trips en Europe, en fait, la plupart du temps je réservais AirBnB la veille. J’ai fait une nuit de camping presque à l’impro en me pointant le jour même à ma ville étape du jour. J’étais assez frileux à l’idée de dormir à l’arrache en bord d’une route ou en nature, mais certains sont beaucoup plus à l’aise.

      Aux Etats-Unis j’avais plus d’expérience et je ne voulais pas rester prisonnier d’un emploi du temps, même si pendant les premiers jours, ça a été le gros stress de me lever le matin sans jamais savoir où j’allais dormir. En général, vers la fin d’après midi, je commençais à chercher un camping ou un logement. Soit en live en regardant les panneaux, soit sur AirBnB soit Google Maps (en cherchant les campings du coin ou en tapant motels). J’ai dormi deux ou trois fois à l’arrache en nature. J’ai rencontré des gens qui m’ont invité à dormir chez eux. Point positif : un maximum de liberté. Point négatif : ça te prend parfois une heure ou deux de trouver un coin ou une résa. J’ai fini par adorer ça. Je t’invite à lire cette page qui revient longuement sur mon état d’esprit. N’hésite pas si tu as d’autres questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *