Dès la préparation de mes premiers road trips moto, j’ai cherché à me libérer du superflu pour voyager léger, le plus léger possible. C’est une simple question de bon sens, que les motards partagent avec les adeptes de la randonnée.

Sans compter que j’ai une Street Triple, soit une moto plus adaptée aux virages serrés qu’aux grands voyages. J’ai donc vite fait connaissance avec le monde du trekking minimaliste, ses produits techniques multifonctions et son obsession pour le gramme en trop.

Ici je :

  • m’adresse au motard, mais aussi au voyageur niveau moyen qui souhaite barouder au long cours avec un maximum d’autonomie, entre minimalisme et confort.
  • t’explique comment alléger tes sacs en adoptant le bon état d’esprit et en choisissant bien ton matos.
  • te donne ma liste de produits d’indispensables pour 3 mois de road trip moto !

Image de une (c) : si tu n’as pas vu “Là-haut” de Pixar/Disney, tu as raté ta vie

Voyager léger rime avec liberté

Prends Alex Chacon ou Melusine Mallender, deux superstars du voyage moto. Si je jalouse leur mode de vie, je reste perplexe devant leur attirail.

Non seulement leurs bécanes pèsent un âne mort, mais surtout je sais pas comment ils font pour voyager en trimballant autant de bordel.

Pour moi, voyager léger fait partie intégrante du plaisir de voyager à moto.

Genre une carte bleue, un cuir, deux slips, et taïaut. Si c’est pour emmener tout un fatras avec soi, autant partir en Renault Nevada…

renault 21 break nevada Renaut
Le Break Renault 21 Nevada est la voiture sur laquelle j’ai appris à conduire via le permis accompagné dès 16 ans. Il m’a fallu 3 fois pour l’avoir, ce p**** de permis. Je sais pas si c’est dû au gabarit (franchement monstrueux pour un jeune conducteur) du bouzin, au stress (j’en ai parlé dans un billet sur le stress au permis moto)… ou à ce visuel… mythique.

…et confort

J’insiste bien sur cette notion qui te semble peut-être couler de source mais qui est vraiment essentielle. Qu’il s’agisse de partir en baroude avec son sac à dos ou avec une moto, un road-trip au long cours est fatiguant.

Même sans parler de marche à pieds. Changer de lieu de couchage régulièrement, emballer remballer ses affaires, les charger décharger dans son sac ou sur la moto, les transbahuter dans les transports en commun (marches de station de métro…) ajoutés aux kilomètres de bitume avalés chaque jour : ça use.

Dormir à l'hotel voyager léger moto strict minimum

Et je te passe la psychologie de comptoir qui veut que le matériel dont tu t’encombres finit par t’encombrer l’esprit. Note que c’est tout à fait vrai : (re)lis Epicure ou (re)vois Fight Club. “Les choses que tu possèdes finissent par te posséder…” dixit Tyler Durden.

En road-trip, voyager léger, c’est tout simplement rester maître de tes gestes quotidiens et de ton confort.

Astuce n°1 : pour voyager léger, commence par te débarrasser du superflu

C’est le B-A BA. Quand tu fais ton sac, pose-toi ces questions :

  • Ce truc va-t-il me servir régulièrement ?
  • Ne fait-il pas doublon avec un autre ?
  • Aura-t-il une quelconque utilité ?

Exit, la paire d’escarpins, exit la boussole offerte par le papa bien intentionné qui sait que tu pars à… New York.

Exit la paire de pompes de rando (à moins d’être un mordu de rando et/ou vieux qui craint pour ses chevilles).

Adieu le thermos, le sèche-cheveux, le kit de rasage ultra complet, le sac à main où le porte-feuilles avec ta vie dedans : Est-ce que ta carte de fidélité au club de gym ou au ciné vont te servir en Grèce ou au Landmannalaugar ?

Adieu le truc qu’on prend “au cas où”. Pour voyager léger, “au cas où” existe pas.

Ou ça servira, ou ça servira pas. Point.

voyager léger randonner léger moto ultra léger baroudeur bivouac

Astuce n°2 : sors ta calculette (ou fais une règle de trois)

L’emport conseillé pour voyager léger et confortablement à pieds est de 15% de sa masse corporelle totale. Certains disent 20%, tandis que d’autres terroristes du minimalisme disent 10%, moi je m’arrête sur 15% pour un sac transbahuté tous les jours en randonnées ou city-trips.

Soit pour moi – 65 kilos tout mouillé – un chargement de 9,75 kilos maxi sac à dos compris (un sac à dos technique de 50 litres : entre 1,4 et 1,8 kilos). Je m’astreins à cette règle tout en sachant que la plupart du temps, ce poids est réparti sur la moto.

15% de ton poids : c’est ta boussole, ton but, ton graal. Tout ce qui dépasse devra rester dans ton placard.

Astuce n°3 vise les objets multifonctions

Un objet pour de multiples usages, c’est probablement ce que j’ai entendu de plus malin depuis “tu aimeras l’étranger comme toi même”, “tu ne tueras point”, et “ne jette pas, répare”.

Les nanas peuvent faire pas mal de choses avec un paréo : tour de cou, châle, foulard pour la tête, etc, etc.

Il existe des “cuillettes” ou Spork pour la cuisine, des chargeurs universels usb qui permettent de brancher une bonne demi douzaine de trucs sur une prise, des verres rétractables

Et si tu connais pas le couteau-Suisse, on peut dire que t’as raté ta vie !

Pour ma part j’ai adopté un couteau avec cuillère et fourchette détachables, + ouvre-boîte et tire-bouchon intégrés (plus pour la cuisine que pour bricoler, donc).

Et depuis que j’ai découvert le savon du docteur Bronner, je ne m’en passe plus.

savon dr bronner broner soap 18 en 1 multi fonctions lessive rasage vaisselle voyager léger
Le savon du Docteur Bronner : un produit pour routard ou pour bobo ? Ou les deux ?

Alternatives : du savon de Marseille.

Une bouteille de plastique coupée en deux : une partie fait entonnoir, l’autre bol, verre…

La canette de Coca transformée en réchaud.

La boîte de conserve que tu mets à chauffer directement sur les braises et dont tu utilises le couvercle découpé comme cuillère. Le système D en général. Les scouts sont une bonne école (oui, j’ai fait les scouts).

Astuce n°4 : optimise tes fringues pour gagner de la place dans ton sac

En temps normal, pour voyager léger et gagner de la place dans mes sacs, je suis assez fan du pliage de fringues façon rouleau de printemps, cf vidéo ci-dessous.

Dans la mesure où je mets des chaussettes de tennis premier prix dont je me fous de préserver les élastiques…

Je vais en revanche pas jusqu’à mettre le pantalon avec, faut pas pousser mémé. Et puis, tu liras plus bas, j’emporte en tout et pour tout un jean et un short.

Après, un rouleau de printemps par jour sur 7 jours, même optimisé, ça prend sa place. Et son poids. L’idée est de partir avec moins que ça.

Sur mon premier road-trip moto de 9/10 jours, j’étais à 8 ensembles t-shirt/chaussettes/caleçon. Depuis j’ai grosso modo sabré mon barda par deux, et je prends le même nombre de fringues que je parte une semaine… ou un mois.

Pas de chichis, pas de tralalas, je prends le minimum et l’utile, rien que l’utile. De préférence des fringues légères.

Astuce n°5 : prends des t-shirt légers en merinos miracle, pour passer la semaine sans te laver (ou presque)

Je te raconte mes aventures avec le merinos ici. Des fringues hyper-techniques, hyper-fragiles, et hyper chères, qui valent néanmoins l’investissement.

voyager ultra léger randonnée

Astuce n°6 (la plus importante ?) : choisis bien ta tente

J’ai fait mon premier road-trip moto avec une tente de 3,5 kilos. Un modèle vraiment pas cher, confortable pour deux personnes, solide et compact… enfin compact si tu as une voiture.

3,5 kilos pour une tente ? C’est beaucoup trop pour un motard ou un type en sac à dos.

Pour m’alléger au maximum, je me suis tourné vers une tente d’1 kilo.

Vacances à moto, ça se prépare.
“Light is right”. Mais ça, tous les vrais motards le savent. Enfin, en principe.

1 kilo la tente !

Pour atteindre un tel degré de technicité, c’est pas sorcier :

  • on te fait payer cher. Très cher
  • la tente est réservée aux conditions météo moyennes : on va éviter le froid et les tempêtes de montagne…
  • ce matériel est relativement plus fragile que le matériel lambda. C’est pour ça que j’ai ajouté un foot-print ou tapis de sol pour isoler la tente du froid au sol et des cailloux, épines etc qui pourraient l’abîmer

Allez, en vrac : vas voir du côté des marques Nordisk, MSR, Big Agnes, ou encore Nemo, mais attention au porte-monnaie.

Testée et approuvée sur 40 nuits de camping aux USA : une MSR Carbon 2 (remplacée par un nouveau modèle depuis, encore plus hors de prix). Bien sûr que ce matos est pas à la portée de toutes les bourses, mais je l’ai largement amorti si je rapporte son achat aux nuits de motel que la tente m’a fait économiser. Le seul dégât qu’elle a subi après la pluie, une tempête de vent à Monument Valley etc, le sable dans l’Ouest, c’est un trou de clope sur le foot print. Pour lequel je suis évidemment entièrement responsable (andouille !).

A 1,3 kilos le tout, avec un encombrement de 43 x 13 cm une fois la tente pliée, je suis ravi.

Pourquoi une tente d’1 kilo si elle est surtout chargée sur la moto ? Parce que je conçois pas la baroude sans randos avec sac à dos ! Et que j’ai apprécié l’encombrement minime à White Sands (Nouveau Mexique) ou lors de la descente de la rivière des Narrows, deux jours, à Zion…

Cette tente, je l’aime d’amour. Ici sur la rando des Narrows à Zion.

L’alternative : tu peux trouver (beaucoup) moins cher dans la fameuse enseigne qui commence par Dé et termine par Thlon avec une tente de 2 kilos (Quickhiker Ultralight 2). 2 kilos, ça reste suffisamment light en moto. J’ai pris une tente à deux places, parce que je l’utilise 99% du temps seul mais que je tiens quand même à avoir un minimum d’espace. Trop de mauvais souvenirs de ma cité U d’étudiant et ses 9m2.

Après il y a encore moins cher et/ou plus léger qu’un kilo encore, en t’orientant vers les modèles une place, les cercueils en toile, les hamacs (!) ou les tarps – là on parle même plus de voyager léger, mais de baroude minimaliste, pour les purs et durs.

Oh, et si tu as besoin de tapis de sol pas cher, une couverture de survie fait aussi très bien l’affaire…

Astuce n°7 : pour randonner léger, inspire toi de mon matériel essentiel pour 3 mois de road-trip moto

Respire un bon coup, lis attentivement, on arrive à la dernière ligne droite de cet article.

Un duvet d’hiver taille L 185 cm, température de confort mini 0° : 1,170 kg. Pourquoi un duvet d’hiver en plein été ? Parce que j’ai testé la montagne en juillet-août avec un duvet d’été, que j’ai frôlé l’hypothermie, et que je le referai plus. (Décathlon)

Un matelas pneumatique 180 cm x 48 cm. C’est juste juste, même pour un fil de fer comme moi (1,80m, 65 kilos). Mais imbattable sur le poids et indispensable pour dormir correctement sur un road-trip au long-cours. 550 grammes. (Décathlon)

Un drap de soie 210 cm x 85 cm, tout aussi indispensable pour absorber ta transpi et tes saletés, et ainsi préserver ton duvet : 440 grammes. Ou dormir à poil dedans quand il fait vraiment trop chaud, genre à la Vallée de la mort fin août (oui, j’ai testé aussi). (Décathlon)

Un coussin gonflable 170 grammes. Parce dormir sur des fringues roulées en boule, j’aime pas (Décathlon).

J’insiste : voyager léger ne veut pas dire faire fi de tout confort

Moi, je prends un coussin et un matelas gonflable. D’autres, juste un tapis de sol comme on avait dans les années 80. Les ayatollah du trekking minimaliste, 23 printemps et aucune ride, verront mes conseils et souffleront : “ouais, moi je pars avec moins”. Certes. Pour ma pomme, j’ai quarante balais et je sers à rien sans deux cafés le matin. Mon conseil : si tu dois choisir entre praticité et confort, choisis toujours ton confort. C’est ça qui déterminera ton plaisir lors d’un road trip longue durée.

Une tente 1 kg (annoncée 990 grammes par le fabriquant grammes par un test) + footprint 300 grammes : 1,3 kg (MSR)

1 serviette micro-fibre 80 x 130 cm : 189 grammes. Parce que la serviette micro-fibre, c’est la vie. Elle est légère et sèche vite ! (Décathlon)

Un réchaud popote (345 grammes) + cartouche de gaz (100 grammes) + presse à café (22 grammes). Mon modèle est à retrouver dans cet article. (Jetboil Zip)

Du savon Dr Bronner.

1 paille LifeStraw pour m’éviter d’acheter des pastilles désinfectantes ou de faire bouillir l’eau non potable en randonnée. Ce qui m’est arrivé à deux reprises aux USA. Mon test de la LifeStraw ici.

Camping moto dépenser une fortune pour vivre comme un sdf
“Le camping moto. Dépenser une petite fortune pour vivre comme un SDF”. Ouais.

Une lampe frontale, indispensable pour avoir les mains libres et monter ta tente à la tombée de la nuit, ou bricoler sur ta moto, ou lire… 80 grammes.

1 casquette : 150 grammes*, 1 maillot short : 300 grammes* (poids estimés).

1 poche à eau ou Camelbak (nom déposé)

J’ai fait mon road-trip Etatsunien de 3 mois avec une poche à eau de 2l.

Je n’insisterai jamais assez sur le génie des poches à eau. Quand tu es hébergé en dur, tu la mets au congélo. Et le lendemain tu pars pour le désert des Bardenas (Espagne) ou pour traverser la Zone 51 au Nevada l’esprit super tranquille. Surtout si tu l’associes à un sac isotherme (lire plus bas). Le top : elle te permet de te passer de bouteilles en plastiques jetables !

Mais je l’ai depuis remplacée par une poche de 3 litres que j’estime plus à même de tenir le choc pour boire (CQFD), le café du matin, la popote du soir, le brossage de dents, des aisselles, du kiki et la vaisselle en autonomie sur une nuit de camping sans eau courante. 184 grammes vide. (Platypus Big Zip Evo, qui est à ma Décath de 2l ce qu’une Ferrari est à une Twingo).

Un t-shirt manche longues et capuche en Merinos / Tencel 210 gr pour la moto (emporté sur moi). Choisi pour me couvrir un maximum, éviter l’évaporation, me protéger des UV en cas de traversée de pays arides.

merinos mérinos t-shirt merino icebreaker cool lite
Celui-ci, à manches longues, est mon préféré.

Un t-shirt manches courtes Merinos / Tencel 100 grammes. Pour quand je descends de la moto pour vadrouiller en ville ou en rando.

2 sous pulls Merinos hiver pour quand ça se rafraîchit (200 grammes l’un)

Un sweat-shirt 600 grammes sous mon blouson moto en cuir pour quand il fait vraiment frais en montagne.

1 t-shirt à 3,99 euros 110 grammes pour les activités salissantes où je veux préserver mes fringues mérinos qui coûtent un rein de petit Chinois.

Un seul jean moto + ou – 1 kilo porté 90% du temps. Un short 300 grammes pour les randos, les visites de ville, ou quand le jean est à la machine.

1 seule paire de chaussures : des baskets moto en cuir montantes, un compromis pas idéal, mais acceptable, entre protection moto minimum, style… et pouvoir randonner léger… sans trop souffrir.

1 K-Way bien ample (150 grammes*) à mettre sur mon blouson moto en cuir. Mon seul vêtement de pluie. Je me suis fait saucer, plusieurs fois, mais en été ça va : un jean, ça sèche vite.

Le sac à dos à la journée

Faut voir. Je déconseille fortement de rouler en moto avec un sac à dos. Ca aggrave les blessures en cas de chute, et contribue à ta fatigue quotidienne. Mais la pratique me fait dire qu’il est impossible de faire sans.

J’ai passé 3 mois avec un sac à dos isotherme de 20 litres (Décathlon) à qui j’en ai fait voir des vertes et des pas mûres (donc pris pas cher).

Sac à dos de randonnée léger en moto
J’ai forcément triché pour que tout rentre dans et autour d’un sac de 20l, pris comme sac d’avion, sac à la journée, et sac de bivouac dans les parcs américains.

Il a été parfait pour mon Camelbak, un appareil photo, une Gopro, une fringue et deux trois bêtises. Avec un peu d’imagination (et des sandows) j’y ai même fixé ma tente et un duvet…

Mais c’était pas l’idéal.

Pour conclure :

Je te passe le nombre de chaussettes et calbuts, ou quoi mettre dans ta trousse de toilette pour voyager et randonner léger (astuce : vois ça avec ton toubib).

On est d’accord que le voyage, c’est avant tout dans la tête que ça se passe.

On n’a pas forcément besoin de se lancer à l’assaut de la consommation ultra-technique, choisir des tentes à 500 balles ou des t-shirts à 100 euros pour partir loin et longtemps. Certains m’ont raconté voyager uniquement avec ce qu’ils ont sur le dos et à l’hôtel, mais je les soupçonne de sentir mauvais d’avoir un gros compte en banque. C’est aussi pour ça que j’ai préféré citer le poids de chaque article avant les marques.

Pour en savoir plus sur ma manière de voyager et de gérer mon budget, va lire l’article où je fais mes comptes sur 3 mois de road trip aux USA.

Outre l’inévitable équipementier français qui a des enseignes un peu partout, je te conseille Approach-Outdoor, une boutique spécialisée à Aix en Provence (installée aussi à Briançon, Gap, Valence).

Avec ce rappel important : j’ai aucune action ni aucun partenariat auprès d’aucune marque.

6 Comments

  1. Bien écrit, comme d’hab.
    Et une adresse que je ne connaissais pas à Aix en Provence.
    Restent la partie outillage (menus outils courants, kit réparation pneus, etc) et quelques pièces de rechange de base (câbles, bougies, leviers en cas de chute, …), qui ont leur incidence question poids.

    1. Cheers ! C’est l’une de mes limites sur le blog. Je fais pas de mécanique, je n’ai pas d’outils mais tu as raison, chez une grande partie des motards, il faut y penser aussi. Et ça pèse son poids !

        1. Hey ! Merci d’être passé. Oui vive les motos bien entretenues ou récentes qui tombent moins en panne ! Pour les handicapés de la manivelle comme bibi

  2. Salut !
    Déjà c’est un plaisir de te lire et ce n’est pas rien. Ensuite et pour faire court, le voyage c’est l’idée que l’on en a dans sa tête et tout dépends aussi de la destination choisie … D’où l’ajout ou l’inutilité de quelques accessoires.
    Vincent

    1. Merci merci Vincent. Tes propos sont très justes. Moi, je donne les bases, après j’espère que chacun lors entre les lignes et s’adaptera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *