Pour un road-trip ou une expat’, il peut être tentant d’expédier sa moto aux États-Unis. Spoiler : je l’ai fait par avion, avec le programme Fly Your Bike d’Air Canada.

Laisse-moi te dire pourquoi, et surtout : comment. Tarifs, procédures, contacts, formulaires, j’ai tout mis ici.

Mais vraiment tout. Attention, billet fleuve !

Le pourquoi du comment tient en une explication très simple. Au vu des tarifs pratiqués par les loueurs, exporter sa moto aux États-Unis par avion devient limite rentable dès 3 semaines sur place… mais ne vaut peut-être pas toutes les tracasseries.

A un mois sur place, on fait une bonne affaire. Sur une GS ou Electra Glide : entre 1000 et 1500 euros de différence avec les tarifs du mastodonte Eagle Rider !

A deux ou trois mois sur place… on se pose même plus la question, on fonce.

L’autre pourquoi, c’est parce que tu as un rapport fusionnel avec ta moto. Sans elle, l’aventure nord-américaine aurait pas la même saveur…

Le dernier pourquoi qui justifie d’expédier sa moto aux États-Unis, c’est que par avion, ta moto peut voyager sur le même vol que toi. Et être dispo dans les heures qui suivent ton atterrissage, pour t’éviter de perdre du temps sur ton road trip aux USA !

Exporter moto USA

Avec qui expédier sa moto aux États-Unis ?

Pour la forme, je précise d’abord qu’il existe quantité de transporteurs par bateau. Wave logistics (j’ai vu passer un devis à 1800e pour un Marseille / Montevideo aller / retour), James Cargo… les tarifs peuvent drastiquement baisser en cas d’envois groupés. J’ai jamais sérieusement exploré cette option, rebuté par plein de choses.

Autre parenthèse : quid de s’acheter une moto aux USA et la revendre en partant ?

A deux ou trois mois sur place et +, c’est une possibilité qui peut sérieusement s’étudier. Tu peux aller lire ce compte rendu assez génial sur Moto Station.

Perso, je kiffe trop ma propre moto, je suis pas un brin mécano. Me lancer là-dedans me paraissait beauuuuucoup plus compliqué que l’envoyer par avion par delà l’Atlantique.

Et donc, pour expédier sa moto aux États-Unis par avion, il y a Air Canada, Motorcycle Express et WestJet.

J’ai longtemps envisagé de faire affaire avec Motorcycle Express, transporteur spécialisé avec plus de vingt ans d’expérience. Motorcycle Express te livre une solution clés en mains. Ça peut être un très bon plan.

J’ai cependant adopté la solution Fly Your Bike d’Air Canada. D’abord parce que Motorcycle Express a pris beaucoup de retard sur son plan 2019. Puis pour leurs tarifs, un poil plus intéressants. 500 euros de différence environ vu mes choix d’arrivée et départ.

Et puis traiter directement avec le service cargo d’une grosse compagnie aérienne pour expédier sa moto aux États-Unis, ça inspire totalement confiance, non ?

expédier sa moto aux USA
Ça, c’était au retour, à Paris. Comme tu le vois, on plaisante pas avec la préparation de la moto.

La compagnie WestJet est l’un des partenaires de Motorcycle Express. J’ai rapidement lu ici qu’elle s’était lancée dans l’expé de motos en 2018. A priori ses tarifs pourraient être encore plus attractifs que ceux d’Air Canada. Mais ce peut être un coup de bluff marketing. Tu peux les contacter en passant par leur site.

Dernière chose et non des moindres à savoir avant d’entrer dans le vif du sujet :

Qu’il s’agisse de Motorcycle Express, WestJet ou Air Canada, on expédie pas directement sa moto aux USA. Mais au Canada ! Montréal, Toronto, Calgary, ou Vancouver.

Et ce pour des raisons administratives : les aéroports et ports américains sont verrouillés à triple tour, avec des épreuves pires que Fort Boyard ou Ninja Warrior pour y entrer.

Attention ! Pour entrer au Canada il te faut une autorisation de voyage électronique (EVA) que tu peux demander et avoir ici en 5 minutes et pour à peu près 5 euros. Elle est valable 5 ans.

Expédier sa moto aux USA avec le programme “Fly your Bike” d’Air Canada : la foire aux questions

Note : les prix donnés datent de 2019.

Combien ça coûte ?

1066,95 euros l’aller Paris / Montréal pour ma Street Triple R + 97 dollars canadiens de frais de dédouanement à destination (+- 66 euros)

1000 euros environ ou 1450 CAD (dollars canadiens) pour un Vancouver – Paris, + la dangerous goods inspection, ou inspection des matières dangereuses. 141.25 CAD (+- 100 euros). Plus à ce sujet ci-dessous.

J’ai aussi vu passer un devis pour un Toronto-Paris en avril 2019 à 1150$ CAD l’expédition.

Il faut prendre en compte ton propre billet d’avion. Air Canada, Motorcycle Express et WestJet offrent tous trois des réductions si tu cumules passager + moto. Sans un billet passager, chez Air Canada, tu peux rajouter +- 300 euros au tarif aller simple Paris-Montréal.

Pour 101 jours au Canada et aux USA, envoyer ma moto aux USA avec Air Canada + l’assurance moto me sont revenus à un peu moins de 26 euros par jour. Absolument imbattable.

Où se renseigner ?

Fly Your Bike, Air Canada, sur le web.

Paris : tel 01 70 76 02 14, mail avi.cdg@aircanada.ca

Air Canada propose des départs et retours en France, Suisse, Belgique (seulement pour un retour), Allemagne, Angleterre, Irlande, Italie, Grèce et au Maroc, pendant la saison printemps / été (2019).

Quand effectuer les démarches pour expédier sa moto aux États-Unis ?

Les tarifs du programme Fly Your Bike sont révisés chaque année et dévoilés fin mars / début avril au plus tôt.

Même si tu es très très enthousiaste et très pressé de préparer ton voyage, ça sert à rien de contacter Air Canada Cargo plus d’un mois avant le départ.

La réservation pour ta moto dans l’avion d’Air Canada se fait à 30 jours max de la date de départ (et pas à moins de 14 jours) en leur envoyant un formulaire de réservation (ci-dessous en téléchargement). Il faut effectuer une demande de retour séparément (et refaire la paperasse) auprès de l’agence Air Canada de ton aéroport de retour, entre 30 et 14 jours avant la fin de ton aventure.

Merci de pas faire comme moi de préserver la santé mentale des petites mains du service fret, qui ont plein de poissons sur le feu et pour qui quand c’est pas l’heure, c’est pas l’heure. Je te donne de quoi t’occuper et patienter dans les documents ci-dessous.

Attention à être malin avec la résa de ton billet d’avion passager. Il serait un peu bête de viser la réduction d’Air Canada sur la moto, mais de payer un billet passager plein pot.

Après ce billet, tu peux aller lire comment j’ai fait une petite économie sur mon aller-retour Paris – Montréal / Vancouver – Paris.

L’Airway Bill ou lettre de transport aérien est à la fois le ticket d’avion de ta moto et sa pièce d’identité. Tu l’obtiens en remplissant le booking form de la compagnie aérienne, et le jour J, avant de laisset ta moto au fret, tu vas le faire tamponner par les douanes.

Comment ça se passe ?

Je vais te passer les joies de l’Administratif avec un grand A, celui qui te saoule avant même d’avoir commencé. Tout ça te sera gentiment précisé par les agents d’Air Canada.

Ceci dit il n’y a rien d’insurmontable, check ça :

Ce sont les documents 2019, que j’essaierai de mettre à jour régulièrement si ce billet a du succès. Pour faire simple : au moment de ta prise de contact avec Air Canada, par exemple pour vérifier leurs tarifs, il te suffit de remplir et renvoyer à avi.cdg@aircanada.ca (pour un départ de Paris !) le formulaire de réservation moto (Booking form) et le reste roulera tout seul.

Note : sur le booking form, à la rubrique “shipping information”, et “destination”, tu peux mettre l’adresse d’Air Canada Cargo à l’arrivée. Passons maintenant à la partie pratique.

La règle cardinale, à l’aller comme au retour, c’est que tu ne viennes pas avec plus d’1/4 de ton plein d’essence. Tu comprends pourquoi ?

Bon, c’est cool, tu es prêt pour ce qui va suivre.

Air Canada cargo paris
Bureaux d’Air Canada cargo à Paris Charles de Gaulle. J’ai expédié la moto aux États-Unis (en passant par le Canada, donc) avec les deux sacoches et mon casque.

Au départ de Paris Charles de Gaulle :

Un mois avant d’expédier ma moto aux États-Unis, (30 jours avant le départ, je répète une dernière fois pour Mathieu au fond qui rêvasse), je fais la paperasse avec Air Canada et obtiens un Airway Bill, le numéro de ticket d’avion de ma moto. Puis on s’entend au téléphone pour que je vienne déposer la moto la veille du départ de l’avion, à 11h.

Air Canada Cargo est situé au 6 rue du Pavé à Tremblay en France, chez SFS (c’est ça qu’il faut rechercher sur Google maps). C’est à 8 bornes environ de CDG.

Rien à déclarer. C’est passé comme une lettre à la Poste, en laissant mes sacoches cavalières, mes clés et mon casque sur la moto. J’ai juste fait deux allers retours à la douane à 200 mètres pour un tampon, signé la paperasse chez Air Canada, j’ai payé. Oui, tu paies au moment du dépôt de la moto.

Prends un double de tes clés moto !

Pour rejoindre ton hôtel ou Paris avec les transports en commun, il y a un arrêt de bus de suite en sortant qui t’emmène au terminal 2 en quelques minutes, pour deux euros. En taxi, compte 25 à 30 euros.

Montréal centre
Le centre de Montréal, vu d’un parc assez connu, mais j’ai oublié le nom.

Arrivée à Montréal, aéroport Trudeau :

C’est un peu plus long pour rejoindre Air Canada Cargo, Cargo North Sector, 2200 Avenue Reverchon, Dorval, QC H9P 2S7.

Une fois sorti de l’aéroport, tu prends le bus 209 qui t’y emmène en 40 minutes. Attention si tu prends un taxi, ou demandes ton chemin. Je me suis fait induire en erreur vers l’accueil d’Air Canada au lieu de la zone fret par des gens pourtant bien intentionnés. Résultat des courses : j’ai perdu 3/4 d’heure en prenant un mauvais bus.

C’est bien le 209, arrêt Des Sources / Reverchon, 3,50 CAD.

Quand tu sors de l’arrêt de bus tu marches vers un grand bâtiment de bureaux Air Canada. Longe le par la gauche, derrière tu trouves la zone de débarquement de fret où tu dois te rendre en premier.

Après ça j’ai récupéré ma moto très vite.

Comme à Paris, la douane est juste à côté (dans le grand bâtiment de bureaux). J’y ai rempli un formulaire avec le contenu aussi précis que possible de tous mes bagages, leur valeur, avant de payer des frais de dédouanement (fixes) et de revenir avec les papiers tamponnés pour prendre ma meule. L’aventure pouvait commencer…

Queue de castor Montréal
Sois sûr de pas partir de Montréal sans avoir goûté une queue de castor (sorte d’oreillette) généreusement assaisonnée de cannelle, sirop d’érable… ou juste sucre et citron. Il y a une pâtisserie dans le vieux Montréal qui s’appelle tout simplement “Queues de castor”.

Au départ de Vancouver :

Tout d’abord, quel que soit ton aéroport de départ au Canada il te faut une Dangerous Goods Certification.

Qu’est-ce que la dangerous goods certification ?

Une gentille escroquerie, produit des réglementations douanières comme certains pays en ont le secret. Mais une escroquerie indispensable au départ de ta moto du Canada. C’est un papier tamponné par un prestataire spécialisé qui, en gros, prouve que tu as lu les règles de sécurité (les mêmes qu’au départ en France plus ou moins). Et que tu seras 100% conforme aux règles.

C’est à dire que tu tenteras pas de faire passer en scred 300 pierres précieuses, ni aucun ouisti dans tes sacoches cavalières. Et que tu auras préparé ta moto de telle manière qu’elle n’explosera pas dans la soute en plein vol.

Ça pourrait être fait en un quart d’heure au bureau d’Air Canada, mais non.

Il te faut contacter quelqu’un qui ne verra jamais ta moto (c’est là où je parle d’escroquerie) et te fera les papiers à distance. Moyennant des CAD sonnants et trébuchants : 141,25 très exactement en 2019 (+- 100 euros).

J’ai contacté Katrina de Dangerous Goods Packing en Ontario, Canada.

Le procédé a été bien relou, et m’a demandé d’avoir accès à une imprimante.

Je dis “relou” parce que j’aurais pu régler ça beaucoup plus rapidement par téléphone avec Katrina que par mail, mais j’ai rien pité à son accent.

Autrement elle est adorable. Juste un peu tatillonne sur tout (c’est son taf). Mais adorable.

Contacte Dangerous Goods Packing de préférence dès que tu as ton Airway Bill. Pense qu’il y a 3 heures de décalage horaire entre Vancouver et le bureau de Katrina en Ontario.

Pour décrocher ta Dangerous Goods Certification, il te faudra avoir ton Airway Bill, décrire exactement ce que tu laisses avec la moto, le contenu des sacoches / valises latérales, le poids exact de l’ensemble. Et une adresse d’expédition et de retour (soit les adresses d’Air Canada Cargo à Vancouver et Roissy CDG). Imprime ta Dangerous Goods Certification en 4 exemplaires et impérativement en couleur.

Et donc, au départ de Vancouver :

Bon point, Air Canada Cargo est juste en face de l’aéroport, au 4900 Miller Rd, Richmond, BC V7B 1K4. Mais vraiment juste en face. Quand tu as lâché ta moto et que tu veux revenir à ton hôtel, le métro (Canada Line) est à 1/4 d’heure à pieds.

Autre bon point : l’équipe est sympa.

Mauvais point : les Canadiens sont un peu plus tatillons avec la sécurité (cf la Dangerous Goods Certification) et ça se ressent.

Au retour à Paris :

Autre mauvais point, et apparemment très rare dans l’histoire des motos expédiées aux USA avec Air Canada. Les petits gars de Vancouver ont pas envoyé la moto par mon vol direct pour Paris, mais l’ont faite passer par Toronto.

Avec à la clé moi qui me trimballe jusqu’au fret parisien en taxi avec mon sac de 15 kilos, le jet lag qui commence à s’installer… seulement pour apprendre que ma brêle n’arriverait que le lendemain.

Permis d'enlever douanes françaises
Un permis d’enlever d’une moto française rapatriée du Canada aux USA.

L’équipe d’Air Canada Paris a compensé ce * léger * désagrément par une sympathie ultra sympa. Sourires, café, prêt de téléphone…

Une fois la moto arrivée, je suis allé demander, sans frais, un permis d’enlever (ci-dessus) aux douanes, en échange de mes papiers, dont mon assurance moto française.

Pense avant le retour à réactiver ou souscrire une assurance moto française. Et à avoir ton attestation d’assurance pour les douanes !

Et après ça, j’ai enquillé 800 km et 11 heures de trajet pour rentrer à la maison après 3 mois et demi et 25 000 kilomètres. Comme un petit dessert…

Dernière petite chose avant de te laisser partir :

Avant de chercher comment expédier ta moto aux États-Unis, préoccupe-toi en top priorité de décrocher une assurance moto. Tout est expliqué dans ce billet.

Et si tu pars plus de 90 jours, cet article pourra aussi t’intéresser.

Bon voyage !

Je n’ai aucun partenariat avec aucune des entreprises citées et n’ai bénéficié d’aucune ristourne chez Air Canada.

3 Comments

  1. Salut Jérémy,
    Un article très clair qui va devenir ma bible pour 2020 avec ce projet avorté malgré moi en 2019. Destination Vancouver pour trois mois environ avec l’idée de faire deux boucles. L’une vers le nord des USA, incluant Yellowstone, l’autre sans doute vers Anchorage… mais cela peut changer ! Je vais m’intéresser aux assurance coté Canada (couvrant les deux pays) et je te tiendrai au courant de mes résultats…. histoire de te donner de nouvelles idées…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *