En ce mois d’avril 2019, je fête tout pile mes 5 ans de moto. A la rubrique clichés : il paraît que la moto ça coûte cher. Je peux pas comparer avec une voiture – j’en ai pas. Mais si comme moi tu es à la fois un gentil poireau et un maniaque, que tu lis tout avant de prendre une décision (acheter une moto ? Prendre des cours de mécanique ?) voilà le détail très détaillé de 5 ans d’entretien moto, au prix fort.

A lire en complément de 50 000 kilomètres en Street Triple : ça use, mais c’est bon !

Fiche d’identité de la moto concernée :

Une Street Triple R 2014, 675 cm3, achetée neuve. 54 000 km au compteur, conduite très raisonnable. Pas de roue arrière, de moteur poussé jusqu’au rupteur ni d’arsouille.

Pas de trajets moto-boulot, trajets en deçà de 10 km très rares.

Donc moins d’usure de consommables qu’avec un païlote de course ou un roulage en mode utilitaire.

Après, j’ai trois mains gauches, et, ado, j’ai préféré la Playstation aux sessions garage – mobylette.

Et puis je suis un poireau.

Alors

je fais tout mon entretien moto dans ma concession d’origine.

J’entends déjà les barres de rire des vieux de la vieille qui me traiteront de gentil pigeon. Parce qu’un entretien en concession, c’est forcément la ruine.

J’assume : même avec les tutos sur Youtube, j’ai tellement la trouille de foirer le moindre entretien moto (et me mettre en danger sur ma brêle) que c’est tout juste si je graisse ma chaîne moi-même.

Si tu es en Provence et me prends en pitié, je suivrai tes cours avec plaisir.

Street Triple R 2014 Triumph 50 000 kilomètres à moto
Tiens, j’étais pas encore tombé lors de cette photo. Par Miss Roadtrippeur.

Sans plus attendre, le détail :

2014, ou comment perdre sa virginité moto

Frais comme un gardon, tu gambades très paisiblement sur les départementales en effectuant le rodage de ta meule, et donc en cueillant les fleurs sur le bas côté de la route. Enfin, tu essaies surtout de pas te tuer de prendre les virages correctement.

Résultat : un premier entretien moto à 1000 km : vidange et remplacement du filtre à huile. Si j’ai bien compris, l’idée est surtout de purger les particules ultra crasseuses libérées par les pièces de ton moteur qui apprennent à travailler ensemble.

135 euros, dont un forfait main d’œuvre à 78 euros.

2015 : entretien moto à 10 000 km

Pareil qu’à 1000 km : la petite vidange qui va bien (filtre 10 euros, joint de vidange 2 euros, 3 litres d’huile à 46 euros (!), réglage de la cartographie, entretien de la chaîne… 199 euros au total.

A l’été, du soleil et une jolie balade à la Forêt des cèdres (Vaucluse) plus tard, tu t’aperçois à la fin de la journée qu’il y a un clou dans ton pneu. Alors tu le portes à réparer, parce que tu déconnes pas, au grand jamais, avec un pneu moto. 50 euros.

Total : 384 euros

Entretien des 20 000 km

Qu’est-ce que ça passe vite, dis donc ! Tu es encore jeune et insouciant, très épris de ta belle, et ni une ni deux, en un an et demie tu l’as montée à 20 000 bornes.

Bref : on prend les mêmes et on recommence (vidange, cartographie), on ajoute 2,5 litres de liquide de refroidissement (27,50 euros !), un filtre à air (37 euros), quelques broutilles de consommables, 200 balles de main d’œuvre, et on arrive tranquillement à 379 euros. Note : pas de surprise, c’est le tarif fixé par la marque avec ses concessionnaires.

Total : 763 euros

2016 : c’est un pneu n’importe quoi

entretien moto outils
Ca, c’est moi quand je serai grand. Photo Mark Schafer, CC Unsplash.com

Tu viens de fêter les deux ans de ta moto, tu en es à 26 000 km, et toutes les bonnes choses ont une fin. Tes pneus, par exemple. Tu as beau rouler comme un pépé et les avoir fait durer (avec ce kilométrage, certains les auraient déjà fait changer 2 ou 3 fois), y’a un moment faut y passer.

La garantie de ta moto a expiré, et tu pourrais très bien aller voir ailleurs. Mais non. Tu prends une paire de Pirelli Angel GT (126 euros l’avant, 165 euros l’arrière) et bim ! tu arrives à 330 euros avec la main d’œuvre.

Cinq mois plus tard, alors que tu arrives à 29 000 km, c’est au tour de tes plaquettes de freins avant de lâcher. Tu crois que le mec attendrait 1000 km pour faire changer les plaquettes à la révision des 30 000, et optimiser main d’œuvre et déplacement ? Même pas.

Je vais donc à la concession pour une paire de plaquettes et 86 euros, et j’y retourne trois semaines plus tard pour

l’entretien des 30 000 km de moto.

Bon. Sans commentaire.

Et je serre un peu les fesses parce qu’à 30 000 km, on dit qu’il y a souvent le jeu aux soupapes à régler, et ça coûte bonbon. “Après, on fait pas juste pour faire si c’est pas la peine,” me dit le chef mécano. “C’est pas dans notre intérêt de faire ce genre de coups. Dans votre cas, surveillez, mais ça devrait être bon jusqu’à la prochaine révision.”

Je dis oui, mais je serais bien incapable de savoir quoi surveiller sur les soupapes. Je sais pas ce qu’est une soupape. Ni à quoi elle sert. Dans ma tête, ça évoque juste un couvercle de cocotte-minute.

On se contentera donc de la vidange, filtre à huile, huile, vérifications des 30 000 km, main d’œuvre, 273 euros.

Soit à présent 1452 euros depuis mes premiers tours de roue.

2017 : un road trip, 40 000 km, et pan ! les soupapes

L’année de mon premier grand road trip moto. Tu peux lire mes city-guides de Vienne (le plus réussi) ou si tu as vraiment le temps, et pour rigoler un bon coup : Prague côté pile et côté face.

Quand on dit que ça passe vite : il m’aura fallu 9 mois pour passer de 30 à 40 000 km. Et donc, là, ça tabasse.

Bougies, filtre à air, filtres à huile et huile changés, injection réglée. Vérifications d’usage (durites, plaquettes de frein, huile de fourche) etc.

Et réglage du jeu. Des. Soupapes.

792 euros. Youhou !

Total : 2244 euros.

entretien moto
Photo : Matt Arts, CC Unsplash.com

2018 : la ruine, tout simplement.

C’est le printemps, et qui dit printemps dit MOTOOOOO, et qui dit moto dit ROAAAAAD-TRIIIIIIP ! et qui dit road-trip dit : check up et entretien moto. Mon bateau pour la Croatie part dans une semaine, et, à 45 000 km, ma chaîne est fatiguée, serait temps que je m’y colle.

(Faut dire que je fais jamais sa tension.)

Et donc : un kit chaîne “ultra renforcé” plus tard, mis par le petit garage en bas de chez moi : 300 euros.

Je pars seul et je rentre avec 1000 soucis : je me prends ma première vraie gamelle à moto. Un mois plus tard un imbécile me jette la moto par terre à l’arrêt, et me casse, entre autres, l’un de mes phares. Année noire.

J’aborde donc la révision moto des 50 000 km en pleurant toutes les larmes de mon corps.

Re-re-prends les mêmes et recommence (vidange, 3,7 litres d’huile, joint et filtre etc) : 383 euros. Je compte pas le coût des pièces pour renflouer ma belle, mais le tarif de cet entretien moto comprend la main d’œuvre pour la pose d’un cligno, d’un embout de guidon, et surtout le remplacement de mon pot rayé par un autre tout beau, acheté… 10 euros.

2019 : il serait temps que j’apprenne à changer mes pneus.

Parce que toutes les bonnes choses ont une fin (bis repetita), je fais monter ma troisième paire de pneus, des re-Pirelli Angel GT. Ça et une paire de plaquettes arrière : 409 euros.

Tu noteras qu’en 2019 l’heure de main d’œuvre est à 78 euros… et la monte de pneus a pris une inflation de 9% en 3 ans (+ 26,76 euros).

Total : 3336 euros. C’est à prendre à la louche, hein, et ayant en tête un rodage et un roulage vraiment cool pendant 30 000 km. Ramené à 5 ans tout pile de moto, ça nous fait

55,6 euros par mois d’entretien moto

ou encore 6 cents au kilomètre.

Oui. Il vaut mieux que je me dise que ça coûte 6 cents au kilomètre plutôt que trop m’attarder sur le fait que sais pas changer un pneu…

3 Comments

  1. haha… je ris… jaune :'(
    Ma première vraie moto ( une + de 125 quoi) fêtera ses un an cette semaine.
    C’est un “petit” monocylindre autrichien de 690 cc qui exige un entretien poussé tous les 10000 km (en concession = 380 euros, ristourne comprise)
    Et dans le poireau POWER tu n’es pas un cas isolé ! je fais aussi une révision tous les 5000 km (=150 euros) Et ce n’est pas faute d’avoir matté les tutos, écumé les forums etc… mais trop flippé d’abimer les pièces et trop crétin (!) pour investir le prix fort dans des outils digne de ce nom (clef nanométrique entre autres)
    A ce jour j’ai passé les 15500 km. J’arsouille , je rupte rarement mais avec un moteur bridé à 47,5 chevaux, j’y arrive parfois sur des lignes droites un peu trop longues à mon goût. Durée de vie moyenne du pneu arrière : 5000 km ( je monte des pneu sports pas vraiment la solution “éco”). J’ose pas faire le bilan de cette première année , et encore on parle juste de la moto, car l’équipement a du être upgradé, forcément. Il y a aussi l’ assurance, dans le sud, qui casque un max comme tu le sais.
    Au final je trouve que ton bilan est tout à fait sobre et raisonnable pour ton usage et les kilomètres parcourus ! Et comme le disait ma grand mère, qui voyage loin ménage sa monture 🙂

    1. Ouf, je m’attendais à me faire chambrer mais tu me rassures : je ne suis pas seul et non, ce n’est pas sale ! Après c’est certain, parle ni équipement ni assurance ni… gamelles, sinon il nous reste plus que nos yeux pour pleurer. Mais pourquoi tu es bridé à 47 chevaux ? Tu es jeune, c’est ça ?

      1. Ah si seulement ce n’était qu’une question d’âge …Et non, c’est la nouvelle législation : Obligé d’attendre 2 ans pour rouler en full , et donc bridage obligatoire pour les « jeunes » permis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *