Après l’Europe centrale en 2017, les Balkans jusqu’en Grèce en 2018, je voulais partir plus loin, plus fort, mais pas plus vite. Alors (accroche ta ceinture / ton casque) je prends ma tente, un duvet et je pars aux USA pour un road-trip XXL.

Louer une Harley aux USA ? C’est pour les faibles.

Il y a que ma moto qui m’aille. En juin 2019, j’embarque avec ma Street Triple R de 2014 pour le Maine, via le Canada. Et là… et là…

on va faire * quelques * kilomètres, pardon, miles

au pays de

la Bible,

des armes à feu

ET DES PAYSAGES DE GUEDINS.

Ouaip. Je pars aux USA. Avec ma moto. Par dessus l’océan. A l’assaut d’un pays-continent. Et pas n’importe lequel, puisque tu conviendras avec moi que c’est un peu celui du road trip par excellence.

Taaaa daaaaa !

Avril mai 2014, je passe mon permis, achète ma moto et… mon premier magazine moto : Road Trip magazine. A l’intérieur, le récit de Nico, qui s’est expédié en 2008 sur les routes américaines avec sa propre Ducati Monster.

Moi, à la lecture de son histoire :

C’était tellement déglingo que je me devais de faire pareil.

Tu vois mon road trip de 9 jours en Europe centrale en 2017 ? Celui dans les Balkans en 2018 ? Tout n’a été que préparation pour celui-ci.

Après, en 5 ans, j’ai eu le temps de faire mon parcours et de changer d’avis, de pays, 36 000 fois.

Au fin fond du fond : je suis tellement attaché à ma Street Triple (54 000 km au compteur) que j’ai envie de la pousser jusqu’à ce qu’elle tombe en lambeaux.

Tant pis si elle claque en route me ferme les portes de road-trips un peu plus sauvages et qu’il me faut un pays avec des routes un peu propres, pas trop de cailloux, pas de passage à gué, tout ça.

Alors tant qu’à faire, autant prendre un pays suffisamment grand, suffisamment développé* pour offrir de l’asphalte ET une aventure. D’où les États-Unis d’Amérique. (Et un pays dont je parle un peu la langue, aussi. Parce que le trip Mongol ou Tadjik style “Voyage en terre inconnue” où tu parles par gestes, je me sens pas encore d’attaque. Ça sera peut-être le road-trip d’après. Peut-être.)

*Enfin, ça, ça se discute, mais on va éviter d’aborder la politique dès maintenant, parce que j’ai pas encore passé la douane.

Je pars aux USA, et j’emmène ma Street Triple dans le même avion que moi.

Je sais ce que tu penses : j’aurais pu louer une Harley.

Oui, mais j’aurais pu rester en Europe, aussi.

Ou chez moi.

Bref.

je pars aux USA route moto roadtrip
Photo Nicolas Moscarda, CC Unsplash.com

La ligne éditoriale de ce blog sera bientôt tournée vers cette aventure, tu t’en doutes

(le blog a été ouvert pour ça, car il y a 5 ans j’avais déjà de la suite dans les idées).

Les abonnés à ma newsletter, qui ont eu l’info il y a quelques jours, m’ont demandé mon parcours, et pour combien de temps je partais. Soit les deux seules réponses que je n’ai pas envie de donner, histoire de te garder le plaisir de la découverte !

  • Je peux juste te dire que ce sera pas un road-trip de Mickey, histoire de rentabiliser les frais d’envoi par avion et l’assurance de la moto sur place (frais infiniment moins cher que la location, je précise).
  • En revanche, si tu peux toucher du bois pour que la pièce de Brian “Walter White” Cranston à Broadway soit prolongée une ultime ultime fois… à deux semaines près, j’étais bon :/ Sinon, j’irai voir La reine des Neiges.

Entre deux photos et anecdotes, je t’expliquerai toute la logistique au cours du voyage. Comment et pourquoi expédier sa moto ? Comment l’assurer ? Demander un visa ? Tu sauras tout. Et si je peux en pousser au moins un d’entre vous à partir… je pourrai fermer ce blog tranquille.

Viens avec moi !

Si tu es régulier du blog, c’est très bien. Si tu es abonné via e-mail, c’est très bien aussi (il y a une boîte pour t’inscrire, sur la home, dans le menu à droite sur la version pc du site. Et tout en bas sur mobile, toujours sur la home).

J’ai un fil Twitter et un Instagram (@roadtrippeur), surtout une page Facebook (@Roadtrippeur). Je t’invite à la liker. Et à partager cet article !

Un FB (et un blog) avec zéro réactions, nada en commentaires, walou en partages, c’est un FB qui meurt : si tu interagis pas avec une page, FB fait disparaître ses posts de ton fil. Et très rapidement, tu la vois plus.

Dans tous les cas je posterai selon mon humeur du moment, de l’état de la batterie de mon tel (pas prévu d’emmener un ordinateur) des rencontres, tout ça.

La vie, la route, l’humain, le tangible, avant l’éphémère des réseaux sociaux.

Je réalise pas encore, en fait.

Je pars aux USA avec MA moto.

C’est fou, non ?

whisky hugues micol
Illustration : Hugues Micol, Whisky, éd. Cornelius.

6 Comments

  1. Jérémy
    Bon road trip sur les USA. J’avoue que ce genre de voyage me plairait, mais mon allergie à la toile de tente m’interdit ce genre de périple… 🙂
    Je suivrai de prêt ton itinéraire pour découvrir de mon fauteuil tout ce que tu peux voir. Je vivrai donc ton voyage dans ce fauteuil avec un verre de whisky à la main de temps en temps 😉

    1. Hi Sylvain,
      Ouais mais… toi tu es pas loin si je me trompe pas de Sylvain ?
      Je ferai de mon mieux pour partager, j’ai ça dans le sang 😀

  2. Salut Jeremy,
    C’est un plaisir de te lire et une joie de lire CE billet! Depuis notre furtive rencontre l’an dernier sur la route, au bord du lac Ohrid, je sens bien cette envie de voyage, d’ailleurs, avec ta bécane.
    Ce projet d’USA, je l’avais aussi. Les évènements de la vie m’en ont (provisoirement) écarté mais comme je dois malgré tout être à Vancouver mi juillet pour le mariage de mon fils, je n’ai pas pu résister à l’appel de l’ouest et à défaut de partir avec la moto, j’ai opté pour la ‘carte postale’ HD ET Route 66. Peut être nous y croiserons nous à nouveau….? Et si tu pousses jusqu’à la très belle région de British Columbia, je peux te souffler une petite boucle dans les Rocheuses qui m’avait enthousiasmée il y a quelques années…
    Et je serai attentif à tes propos pour préparer le voyage repoussé, avec ma moto, sans doute l’an prochain.
    Bonne route, belle aventure et dans l’attente de lire tes lignes !
    Jean-Luc

    1. Pourtant… ton adresse mail… bref. Ravi de voir que j’aurais un soutien de Normandie ! Tu peux compter sur moi pour te faire rêver depuis ton fauteuil !

  3. Ravi d’avoir fait ta “connaissance” ce matin. Et en plus, en une phrase, tu as résolu l’une de mes préoccupations en prévision de mon voyage prochain! 🙂 Bref, bonne chance avec ce projet, je suivrai çà attentivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *