J’inaugure une rubrique sur les road-movies, films de voyages et autres road trips. A voir avant de partir sur la route… ou juste pour voir un bon film. Premier épisode avec un de mes films préférés, Un 32 août sur terre.

Ivre virgule, il tente de péter l’audimat des internets en déterrant un micro-film d’art et d’essai québécois d’il y a 20 ans difficilement trouvable aujourd’hui…

Mais attends, ça existe pas le 32, t’es grave toi. – C’est l’idée, Jean-Michel…

Quelque part au Québec : « J’ai failli y passer dans un accident de voiture, j’ai bientôt 30 ans, t’es mon meilleur ami : fais-moi un bébé, Philippe ! » Philippe, amoureux transi de la madame depuis des années, flippé comme jamais : « Heu… ouais Simone, okay, mais je veux qu’on aille faire ça dans un désert, genre, aux Etats-Unis… à Salt Lake City ? »

Une femme, un homme, un voyage, chabadabada. A 20 ans ou à peu près, le film m’avait touché en plein cœur. Revu 15 ans plus tard, avec la même fébrilité que toi en acceptant la demande d’ami FB de ton amour de 4ème5 au collège Malraux.

Je suis forcé d’admettre qu’Un 32 août sur terre a un peu – inévitablement –  pris quelques rides aux entournures et perdu quelques tifs en route. Et paradoxalement, c’est aussi un film de jeunesse, un premier film. Comme beaucoup de premiers films, il a autant de fougue dans son exécution que de révérence pour ses modèles, qui le parasitent un peu (…jusqu’au poster de Jean Seberg, égérie de la Nouvelle Vague, visible dans l’appart de Philippe).

Mais si le temps fuit et le monde s’use, le coeur lui, oublie jamais. La fraîcheur d’un 32 août sur terre, le charme de Simone, la gaucherie de Philippe me touchent toujours autant. Le film jongle très adroitement entre l’universel et le particulier, les grands espaces et deux humains perdus dedans, le Cinémascope et le tout petit intime d’un couple à un moment charnière de leur vie, tandis que la mort rôde.

Trois bonnes raisons de voir Un 32 août sur terre :

Une femme, un homme, chabadabada

C’est le premier film de Denis Villeneuve, le réalisateur de Premier contact et Blade Runner 2049. Histoire de mesurer le chemin parcouru…

L’héroïne s’appelle Simone. Et tu fais partie des 15 français qui trouvent l’accent québécois  <3

A l’heure actuelle Un 32 août sur terre est annoncé comme prochainement disponible en Vidéo à la demande sur UniversCine, mais ça peut se trouver facile j’imagine en DVD à 2 euros chez les marchands en ligne. Je vois qu’il apparaît sur Youtube en entier, mais 1) c’est pas bien 2) la qualité est toute naze. Après si tu me lâches un com, je peux te prêter la galette par la Poste. Toi, le jeune qui as vu de la lumière et qui es entré, tu savais que c’est comme ça que Netflix avait commencé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *