Des types, des motos, un peu de fumette et de gnôle, la route, l’AMÉRIQUE.

Ta, ta da, ta da dalalala born to be wiiiiiild

Il y a pas longtemps, j’ai assisté à une séance d’Easy Riders en compagnie de bikeurs du dimanche. De purs clichés ambulants. Franges bling-bling, bedaine sculptée à la Kro, t-shirt Johnny Hallyday et grosse Harley qui affiche 3000 kilomètres au compteur en dix ans…

Ils sont partis au bout de 20 minutes parce que c’était « tro naze ».

C’est te dire un peu l’absurdité de la chose : l’une des œuvres iconiques du ciné américain pre – Star Wars (avant que le cinéma s’associe avec McDo pour vendre des jouets), un film qui a certainement envoyé des milliers de gus ivres de moto et de liberté sur la route, aujourd’hui conspué par des types inconscients qu’ils lui ont tout piqué.

Bon, certes, Easy Rider a pris un énorme coup de bambou sur le râble. 50 ans !

Certes, les expérimentations psychédéliques de la caméra pourront te faire sourire, toi qui as déjà pris de la drogue tâté la manette de jeux vidéo.

Entre les rides, et en ouvrant tes chakras, tu trouveras mes défauts mes maladresses, et de l’amour plus qu’il n’en faut pourtant dans Easy Rider des perles de mise en scène, qu’il s’agisse de séquences improvisées, tournées sur le vif, des tours de roues sur des routes superbes, ou d’un final brutal qui te hantera encore longtemps après le film.

Easy Rider, à l’époque, était autant une dénonciation du conformisme américain qu’un pied de nez au dirigisme des studios hollywoodiens. Il est l’expression d’un désir fou de cinéma, de ceux qui entrent dans la banque en hurlant, renversent les tables, piquent l’argent et s’enfuient en courant pour le redistribuer sous forme de rêve éveillé sur grand écran.

Trois bonnes raisons de voir Easy Rider :

Une scène de feu de camp mémorable où Jack Nicholson, bien déchiré, déchire tout

Un film fondateur du cinéma et de la mythologie américaine

…born, to be wiiiiiiiiiiild !

Dans la même rubrique : Un 32 août sur terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *