Si tu as un blog voyage, tu es riche, enfin si tu es amateur de belles images ou voyageur, il y a de grandes chances que tu veuilles à un moment t’offrir un drone. J’ai envie de te dire que tu aurais tort de t’en priver. Les premières images effectuées avec mon nouveau jouet, un Mavic Pro, m’ont scotché. Je vais essayer de me lancer dans la réalisation de petits films.

Mais un conseil, si tu envisages de faire pareil, réfléchis bien. Avoir un drone, c’est s’exposer à une somme d’enquiquinements et de dangers insondables, y compris celui de foutre en l’air son appareil. Ici je

– passe rapidement en revue la législation qui s’applique aux drones

– te donne la marche à suivre pour prendre un drone avec toi en avion

– te raconte mon premier, et j’espère, dernier crash avec ce joujou qui m’a coûté un bras.

Les renseignements de cet article datent d’avril 2018, je ferai de mon mieux pour l’actualiser. Mais j’ai pas la prétention d’être exhaustif, et je t’engage à épuiser toutes les ressources possibles et imaginables avant de te pointer à l’aéroport avec un drone dans ta valise. Si tu es juste venu pour regarder la vidéo de mon crash, elle est en fin d’article.

Ce que dit la législation

A l’heure où j’écris ces lignes, c’est un bordel sans nom. Si tu fais joujou tranquillement dans la campagne, deux solutions :

Ton drone fait moins de 800 grammes (c’est le cas des best-sellers Mavic Pro, Mavic Air, et plus largement de 90% des drones actuellement vendus) dans ce cas tu es soumis aux règles de bon sens tirées du modélisme amateur : pas de survol des personnes ni des habitations ou de toute agglomération, pas de vol au dessus de 150 mètres…

Deuxième option, ton drone fait plus de 800 grammes, et dans ce cas là, tu dois l’enregistrer et suivre une formation.

Mais encore. Tu es professionnel ou tu fais une utilisation commerciale de tes images ? (Ça inclut publier ses vidéos sur Youtube avec un compte apte à toucher des recettes publicitaires. Même si c’est 5 euros par an !) Tu souhaites l’autorisation de filmer des agglomérations ? Dans tous ces cas tu dois passer un permis et déclarer tes vols à la Préfecture et à la DGAC, Direction Générale de l’Aviation Civile…

En résumé, la loi est hyper contraignante. Qui s’en étonnerait ? A ma droite, on a un paquet de demeurés qui font n’importe quoi. A ma gauche… tu fais quoi quand tu es maire de Cassis ou du Mont Saint-Michel et qu’aux beaux jours, ton ciel s’assombrit de 10, 12, 36 drones dont chaque proprio se prend à la fois pour Spielberg et un as de l’aviation téléguidée ?

Attention, oiseaux !

Il faut même te méfier de la campagne. Alors que je tournais la vidéo ci-dessous (mets le son), je me suis fait arrêter sur la route par un ornithologue amateur qui m’accusait de perturber la reproduction des oiseaux, seulement pour découvrir que j’étais dans la zone d’un parc naturel régional nouvellement créé, et que les vols dans les parcs naturels régionaux, nationaux sont interdits.

A raison, certes.

Mais je me demande bien ce qu’on peut réellement faire avec un drone sans déposer un dossier administratif long comme le bras et / ou être enquiquiné. Me contenter de filmer mon jardin m’intéresse pas.

J’ai pas de jardin.

Bref.

Au gré d’une super promo sur Air Corsica, j’ai voulu profiter d’une escapade en Corse en mars 2018 pour réaliser un petit clip d’un village où j’ai mes habitudes.

Ça a été un fail monumental.

Renseigne-toi impérativement auprès de ta compagnie aérienne pour voyager avec un drone

Tu serais tenté de farfouiller un peu sur le web, te dire que toutes les compagnies font pareil : il suffit de déconnecter la / les batteries, de les mettre dans des sacs résistant à l’explosion, et de ranger le tout en soute ou en cabine, selon l’humeur du moment. Erreur. Grosse erreur.

Chez Air France, tu trouves ça :

voyager drone mavic pro dji airfrance
Mmm… comme les profs le disaient en correction sur mes copies : c’est un peu court, jeune homme.

Chez Ryan Air…

ryan air drones mavic pro voyager drone avion
Mes profs ont jamais dit ça sur mes copies, en fait, mais ça reste un peu court, jeune homme / jeune fille. Non ?

Heureusement que je suis allé voir chez la compagnie qui m’a embarqué, Air Corsica, parce que sinon j’étais marron. Vise un peu : tous les Corses se passent le manuel de fabrication des bombes artisanales de père en fils,

[Note de Miss Roadtrippeur : « Et en fille ! J’ai gardé les plans d’ailleurs, au cas où tu me trompes. Je te l’annonce d’entrée, tu pourras dire adieu à ta moto. »]

[Note de moi : « gloups »]

par contre quand tu veux y mettre le pied avec un drone Mavic pro, bah tintin, accroche-toi :

drone air corsica voyager drone avion mavic pro
Now we’re talkin’.

Procure-toi le MSDS, Material Safety Data Sheet de ton drone (ou plutôt de ses batteries)

Je t’épargne les salamalecs : j’ai fait tout comme le demandait Air Corsica (au passage, ses services ont été adorables), et j’ai fini par me procurer le MSDS, ou Materiel Safety Data Sheet de mon Mavic Pro, c’est à dire le document détaillant les entrailles de ses batteries : spécification techniques, composition chimique… je me suis adressé directement à DJI (via le chat sur le site officiel, en anglais). Dans le cas du Mavic Pro, tu peux le trouver via ce lien. Tu peux y aller les yeux fermés, c’est le même que m’a fourni l’assistance technique de DJI.

Je suis pas mécontent de l’avoir fait : j’ai comme dans l’idée que ça me servira sur n’importe quelle compagnie aérienne et dans n’importe quel pays. A condition de l’imprimer et de l’avoir toujours dans la sacoche du drone, bien sûr.

Oublie pas de te rencarder sur les lois en vigueur dans le pays où tu te rends. Au Maroc, par exemple, en 2018, les drones sont interdits et saisis en douane. Et si tu arrives à passer la douane avec et qu’on te prends avec, l’amende va sévèrement te piquer les fesses. Ton séjour risque aussi de passer par la case prison.

Le jour J : tout roule et le drone part en avion, et puis ensuite c’est le drame.

Le jour J, j’ai déchargé mes batteries et je les ai rangées dans un sac li-po, comme un élève appliqué. Je passe les contrôles de sécurité sans qu’on me dise quoi que ce soit. Mon vol se passe bien, j’arrive en Corse et j’ai qu’une hâte, montrer mon joujou à mon entourage. Faut dire que je suis encouragé par un panorama un peu exceptionnel.

corse drone monticello monticelo mavic pro
C’est pas la Nouvelle Zélande, c’est la Corse ! (capture d’écran de la vidéo de mon drone Mavic Pro tournée quelques minutes avant le crash)

A ce moment là, j’ai déjà quelques heures de vol, je maîtrise un petit peu. Je m’attends absolument pas à crasher mon drone comme un idiot sur une terrasse, parce que je suis pas assez concentré, parce que je veux à la fois épater ceux qui sont penchés sur mon écran de retour par dessus mon épaule, et les gamins qui font coucou au drone à quelques centaines de mètres.

Je m’approche trop d’eux, j’ai pas enlevé le mode sport (qui permet au drone un boost de réactivité sur les commandes, et une vitesse qui peut aller jusqu’à 60 km à l’heure) et un coup mal placé sur le joystick plus tard : boum. Le drone heurte le muret, chute de 4 à 5 mètres droit sur la nacelle caméra hyper maxi fragile.

Ça pardonne pas.

J’ai honte

Et je me maudis pour avoir été si imbécile. J’aime bien craquer mon porte-monnaie, certes. Mais je suis loin d’être né avec une Visa Premier Black Diamond Barbecue dans la bouche. Un Mavic Pro, c’est quasi un mois de salaire. Autant te dire que je suis pas très très content de moi quand je fais ce genre de connerie.

Heureusement, à l’achat du drone, j’avais pris une assurance. Le DJI care refresh, 119 euros, donne droit à deux réparations – quelle que soit la nature – au forfait de 100 euros chacune. Plus de peur que de mal donc. En une semaine / huit jours et après un petit aller-retour aux Pays-Bas par UPS (pris en charge dans le forfait), c’était réglé.

Mais j’ai grillé un joker.

Et avec tout ça, j’ai pas encore pu filmer la Corse.

Dans cette histoire, au fond le vrai drame, c’est ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *