J’aurais pu écrire « 20 choses à faire à Tokyo », « 10 choses », 5, ou 146. J’ai choisi de m’arrêter sur celles-là, garanties 100% émerveillement personnel, 100% découvertes, 0% guide touristique frelaté. Et tu pourras compléter cette sélection avec bonheur avec ma revue du top des choses à faire au Japon, en toute simplicité !

Aller dans un café à thème

Les tokyoïtes sont, comme n’importe quels habitants de mégalopole, généralement un poil plus hypes que la moyenne. Mais ils sont aussi très consuméristes. Ce mélange alimente une vie mondaine aussi trépidante que parfois con-con.

Ils aiment bien faire la queue trois heures pour aller immortaliser un jus de kiwi sur Instagram. Ça dure comme ça pendant quelques semaines, puis la hype retombe, le bar ferme, un autre prend sa place pour proposer du jus de carotte servi dans des bottes de lycéennes. Et le cycle de se répéter, à grands coups de signes V sur les #selfies.

Bar à chouettes (argh !) bar à chats, bars à soubrettes, bar Alice aux Pays des merveilles, bar où on te sert dans tes cuvettes de toilettes, bar dédié à tel ou tel film – on a cherché en vain le bar Suspiria – bar psychédélique… dans la liste des choses à faire à Tokyo, il faut se caler un bar à thème.

Ci-dessous le Kawaii Monster Café, où la qualité de la bouffe arrive jamais à la hauteur du soin apporté à la déco, absolument démente. Compte 2900 yens le passage (500 yens de frais d’entrée à midi + consommation d’un repas chaud obligatoire).

Faire un magasin à 100 yens

Comme le Daiso de Takeshita Street, Harajuku. Imparable pour ramener des kilos de souvenirs à la famille à peu de frais. Des gommes en forme de sushis aux bombons Super-Mario en passant par les pinces à linge, bibelots, gri-gris et dizaines de dizaines de bricoles défiant l’imagination.

Visiter la librairie de mangas Mandarake

L’une des plus respectées et des mieux achalandées de Tokyo. Par contre, je reste un peu dubitatif du business model qui consiste à proposer du contenu en japonais seulement. A cause de ça je mets juste 6/10.

Librairie Mandrake mandarake ma,ndaraké mandaraké Tokyo manga mangas
La librairie Mandarake offre aussi un large choix de goodies, figurines mangas etc.

Assister à un matsuri

Matsuri = festival. J’entends le terme au sens large, pour t’inviter à te rencarder sur les fêtes traditionnelles et autres très bons moyens de te prendre une claque culturelle au Japon et à Tokyo.

Ci-dessous, le Fukagawa hachiman matsuri, chaque année à la mi-août et tous les 3 ans en version XXL (donc la prochaine fois en 2020). Ici lors de la procession de mikoshi, palanquins dédiés à des divinités shintoïstes portés par des équipes (une cinquantaine) sur des kilomètres. Et dans une chaleur de ouf, d’où les trombes d’eau qu’on leur envoie sur leur passage. Les dieux apprécient aussi, il paraît.

L’un de mes meilleurs souvenirs parmi les choses à faire à Tokyo, assurément.

A la rubrique « top des choses à faire à Tokyo » je voudrais… aller dans un cimetière !

La manière dont on prend soin des morts en dit beaucoup sur une civilisation (oui, c’est le genre de trucs qu’on apprend en terminale L). Et puis c’est joli. Et puis c’est calme. Et selon l’heure et la lumière de la journée, tu peux te faire des films dans ta tête.

C’est donc à Yanaka qu’il faut aller. Yanaka reien est l’un des plus grands cimetières du Japon, avec une allée centrale bordée de cerisiers qui te laisseront bouche bée à l’heure de la floraison. Alentours, de nombreux sanctuaires shinto t’offriront de jolis détours.

Le quartier est aussi connu pour sa rue dédiée aux chats, Yanaka Ginza, avec de nombreuses échoppes pittoresques, magasins de souvenirs et bouis-bouis sympas où manger un bout. C’est l’un des plus vieux quartiers de la capitale, bourré de charme, à mille lieux des néons clignotants et des mangas.

yanaka reien reinene reyen reinen cimetière tokyo choses à faire à Tokyo
Ça paraît complètement incongru à écrire, mais oui, le dépaysement est aussi garanti chez les morts.

Monter dans la Hikarie tower pour la vue sur Shibuya crossing

Tu vois le fameux carrefour toujours hyper-mondu au milieu des enseignes de néon ? Bah, voilà, pour faire des photos qui changent un peu, ou juste pour le voir autrement, tu peux monter pas loin, au 16e étage de la tour Hikarie (gratuit), c’est assez cool. Il faut mieux avoir un objectif un peu puissant. Je mets pas de photos justement, je laisse la vue à ta découverte.

Aller au restau, dans la liste des choses à faire à Tokyo ? Sérieusement ?

Sérieusement. Tu as pas idée de combien la bouffe jap’ est riche et savoureuse, une fois sortie de ton livreur de sushis chez qui tu commandes deux fois par mois, même que tu commences à en avoir un peu marre parce que sa carte change jamais et il augmente ses prix en scred chaque année.

Le premier soir au Japon, goûter pour la première fois de la bonite à peine fumée au feu de paille, restera gravé sur mes papilles pendant longtemps.

Je te passerai les détails – c’est pas le but ici. Et bien que j’ai conscience de l’absurdité de vouloir recommander quelques restaus dans une ville aussi tentaculaire et pointue que Tokyo, voilà ma petite sélec, faite avec le couple d’amis expat’ qui m’a guidé avec coeur et bon goût.

bonite fumée warayakiya akasaka restaurant japon tokyo warakaya
Oh. Mon. DIeu. Voilà que je me lance dans les photos de bouffe toutes nazes. Oui, mais tu comprends, il s’agit de la bonite fumée au feu de paille. De la bonite. Fumée. Au. FEU DE PAILLE ! [insère ici un smiley qui bave]
Quartier Akasaka : Warayakiya, An-An (compte 3500 yens par personne boissons inclues) et Banyan (2000 yens / personne + boissons)

A Yanaka Ginza : August Anaka Beer Hall. Pour de la petite restauration sur le pouce accompagnée de bières artisanales, 1750 yens / personne (impossible de retrouver la trace sur internet. Il est juste à gauche dans un renfoncement quand tu vas monter l’escalier direction le cimetière. Environ 1500 yens / personne boissons comprises).

A Harajuku : (Shibuya, ou encore Omontesendo, je m’y perds…) : Tonkatsu Maisen, pour manger du porc pané qui a été nourri au thé vert. J’ai pas noté les prix mais on devait être à 2000 ou 2500 yens par personne, max.

A Akihabara : Isomaru Suisan, pour manger des coquillages et fruits de mer sur le grill. 3500 yens / personne environ.

A Kappabashi : Janbara, petit restau de ramen familial topitop. 1400 yens / personne avec boissons.

Faire Takeshita street : la rue la plus kawaii du Japon ?

Takeshita Street, la rue des lolitas, des barbes à papa, des t-shirts lolcats fluos… c’est là qu’une partie de la jeunesse se donne rendez-vous pour s’acheter les babioles qui expriment le mieux sa rebellitude intérieure – comme des porte-clés croissants et pains au chocolat en mousse.

Attention, c’est très touristique, agoraphobes s’abstenir.

takeshita street tachechita takechita kawaii kawaï mode lolita tokyo geek lolcat manga
Mes yeux ! Aïe mes yeux ! Je suis aveugle !

Se balader dans Tokyo en moto, en voiture, en taxi

J’ai eu la chance de me faire une virée en moto dans Tokyo.

Quelques mois après avoir vadrouillé dans Vienne avec ma Street Triple, je te confirme que le deux roues est un excellent moyen de visiter une grande ville. Tu es en prise avec le vent, le chaud, le froid, l’ambiance… Tous les motards connaissent ces mini-kiffs.

Et surtout, le fait de pouvoir te rendre relativement rapidement d’un point à un autre, voire d’être capable de faire le tour de la ville en un après-midi, te permet de mieux l’embrasser, mieux en apprécier la topographie, l’espace, les connexions d’un quartier à un autre. A Tokyo, on en profite pour admirer les immeubles de grandes enseignes (Prada, Chanel…) dessinés par des petits génies de l’architecture.

Point bonus la nuit, où toutes les mégalopoles deviennent des stars de cinéma.

Boire un coup dans un bar à whisky de Tokyo

Petit coup de cœur et obsession perso parmi tant de choses à faire à Tokyo. Pour toi, ce sera peut-être voir des geishas, ou du théâtre No, pour moi, c’est me caler dans un bar à whisky, car les bars à whisky de Tokyo sont mondialement connus. J’en parle dans ce billet.

zoetrop bar zoe trop shot bar shinjuklu shinjuku
AU Zoetrope Shot bar, l’un des meilleurs bars à whiskys de Tokyo, spécialisé dans les whiskys japonais.

Voir une expo mangas au 53e étage de Roppongi tower

Ça te dira peut-être pas grand chose, mais pour un trentenaire comme moi, pouvoir admirer en direct des planches originales des mangas Dragon Ball, Les Chevaliers du Zodiaque, Nicky Larson, Olive et Tom ou Ken le survivant, hum, comment dire. Séquence émotion, madeleine de Proust, tout ça tout ça. Merci l’exposition du 50e anniversaire de Shonen Jump, le Spirou Magazine du Japon.

Mais alors voir des planches originales de Dragon Ball et sortir de l’expo pour se retrouver avec cette vue, c’est carrément kamehamehaaaaaaa !

(voir le Mori Arts Center Gallery, Roppongi Tower)

roppongi ropongui roponggi hill hills tower gratte-ciel vue sur tokyo exposition
Tokyo vue de la Roppongi Tower. Photo prise au tel portable, malheureusement :/

Aller au magasin de stickers B-Side label, dans le quartier le plus hipster du Japon

Harajuku, LE quartier à la fois cossu et hipster de Tokyo, qui sent bon la flânerie entre une glace en terrasse et une coupe de cheveux délivrée par un barbu qui couve son caniche du regard. Les galeries d’art et les skate shops s’esquichent entre deux villas qui dépareilleraient pas à Venice Beach, L.A, ou Collins Avenue, Miami.

C’est là que tu trouveras le B-Side label store, le magasin d’autocollants de designers qui plaira autant à ta petite dernière qui entre au collège qu’à ton grand geek au lycée.

Voire ton mec.

B Side label labels shop stickers harajuku takeshita auto-collants kawaii
J’ai craqué sur celui-ci avec dans l’idée de l’apposer sur le réservoir de ma moto. J’ai pas encore osé (mettre un truc sur le réservoir de sa moto, c’est comme un tatouage, c’est pas une décision qu’on prend à la légère). Il est mac, non ?

Aller dans la rue des grossistes en bouffe, rue Kappabashi

D’accord, je mettrai peut-être pas ça en premier dans cette liste des choses à faire à Tokyo, néanmoins… ça a toute sa place. Une rue spécialisée en articles de cuisine, et plus précisément à destination des restaurants de la capitale, lesquels affichent leurs plats grandeur nature dans les vitrines. Aux côtés de couteaux à la lame longue comme mon bras et de drapeaux à devantures, tu trouveras donc des tonnes et des tonnes de bouffe en plastique. Fruits, temakis, chirashis, brochettes, makis, gâteaux à la crême… jusqu’à la pinte d’Asahi avec ses gouttelettes qui descendent le long du verre. Comme si elle venait d’être tirée à la pression, sauf qu’elle s’éventera jamais.

Pour ramener des souvenirs bien décalés…

rue kappabashi dori kapabachi kapaba shi street nourriture cuisine choses à faire à tokyo restaurants sushisC’est fini ! mais tu peux me donner ton propre top en commentaires, ou lire, après ce top 14 des choses à faire à Tokyo : Manger, chanter, se baigner à poils : top 10 des choses à faire au Japon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *