Si tu es tombé sur cet article, je t’imagine jeune et inexpérimenté, ou inexpérimenté tout court. Tu as le permis depuis peu, tu fais une pause au bureau, et tu penses à tes premières vacances à moto qui approchent pas assez vite à ton goût.

C’est long, bordel, c’est long, mais ça y est, dans une semaine à toi le tour de Keurse, le road-trip de ouf en Ardèche, l’expédition au Portugal : tes premières vacances à moto !

Edit mai 2018 : ce billet a été écrit peu après mes premières aventures A MOTO. Depuis j’ai engrangé pas mal d’expérience dans une dizaine de pays et sur 50 000 bornes. Aussi quand tu auras fini de lire ce qui suit, je t’invite à parcourir l’ensemble de la rubrique moto du site. Tu trouveras par exemple d’autres tuyaux pour les vacances dans ce billet : 4 conseils pour réussir son premier grand road-trip moto.

Ça y est, tu as reçu tes sacoches cavalières ? Ou bien t’as pris un sac marin que tu vas sangler à l’arrière de ta belle ? T’as rentré ton tracé dans Google Maps ? T’as vérifié tes plaquettes de freins ? Tu sais qu’au moins t’en mets dans tes sacs, au mieux c’est ? Bien bien bien.

Maintenant (*se penche en avant et chuchote, en faisant tourner son bourbon dans son verre*) je vais te dire deux trois petites choses qui vont te faire passer au niveau supérieur, gros.

Malin comme un chameau : la poche à eau !

Je viens de sudie. La vraie sudie, où Avignon c’est déjà au Nord, plein de white walkers. J’ai aussi des attaches en Corse. Et dans ces contrées, en été, on se liquéfie sur place. Surtout si on est sérieux et qu’on sort couvert.

Aussi pour les longs trajets de vacances à moto, comme pour rallier les Cinq Terres, Italie, au départ de la région marseillaise, j’ai adopté un camelback de 2 litres. Je glisse la paille entre la mentonnière et mon casque et la garde entre mes dents. Puis je tire mon eau à volonté sur la route.

Une poche à eau à moto en été, c'est la vie !
Le Camelbak (avec cette orthographe, c’est un nom déposé) ou poche à eau. Merveilleuse invention…

On croirait pas, mais mis quelques heures au congél avant le départ, le truc tient étonnamment bien la fraicheur. J’ai poussé le vice jusqu’à mettre la poche dans un sac isotherme, ce qui a aussi pour avantage de protéger le reste du sac à dos de l’humidité quand la glace fond (ce qui fait que je peux aussi mettre mes papiers dans le camel-back).

Avec ça je reste toujours bien fresh et dispo, je transpire moins – mon casque me dit merci – j’ai moins envie de m’arrêter, je fatigue moins, et je peux partager avec ma passagère sans forcément avoir à m’arrêter.

Moi quand je descends de ma moto après 500 km à avoir siroté ma poche à eau.

Qu’essstudis ? J’entends rien ! – De l’utilité des bouchons d’oreille

Là, j’entends mon collègue de travail, celui qui a 30 ans de moto derrière lui et m’a filé le déclic pour passer mon permis, se foutre de ma gueule : qué petite nature avec ta poche à eau et tes boules dans les oreilles…

Je sais, le mythe du motard rebelle en prend un coup avec ce type de conseils, mais que veux-tu. Que le motard qui a jamais eu l’impression d’avoir été traversé par un train après une longue virée me jette la première pierre. Pour ma part, j’ai déjà perdu quelques points d’audition à jouer pendant quelques semaines à Battlefield 3 sur un home-cinéma mal réglé, et aujourd’hui je fais souvent répéter les gens : kweua ? Qu’essstudis ?

Earpad, bouchons d'oreille.
Ça, au quotidien pour les motards, c’est le top.

J’ai donc décidé de protéger ce qu’il me reste d’oreilles.

Au quotidien, j’utilise des Earpads, bouchons pour oreilles munis de capteurs électroniques qui filtrent certaines fréquences tout en restituant l’essentiel de l’environnement. On continue à entendre tout tout en oubliant très vite qu’on les porte, tandis qu’ils filtrent le plus gros du vent et du BRAAAAAAAAAP moteur – au point que maintenant quand je les enlève, j’ai presque l’impression de conduire un brelon différent.

J’ai aussi testé les Alpine MotoSafe et les boules Quiès en mousse mais à mes yeux, les Earpads représentent un excellent compromis plaisir / protection.

Du moins, jusqu’à une certaine vitesse.

Je fais pas dans les liens sponsorisés, j’ai aucune action chez le fabricant des Earpads, et mes oreilles sont pas les tiennes. Je t’invite donc à tester par toi-même la solution de protection qui t’ira le mieux !

Les boules Quiès en cire : love !

boules quies
Et ça c’est level up, pour cruiser à 130 sur l’autoroute.

Et donc parce que partir en vacances à moto, ça veut dire parfois faire de l’abattage et tracer sur autobeurk, on peut level up avec des boules Quiès en cire.

Là, ça rigole plus : on fait rouler la boule entre ses doigts pour la chauffer et pouvoir la malaxer, on capitonne son conduit auditif avec, et une fois enfilé son casque : c’est parti mon kiki. La cire durcit après un moment, le conduit est comme cimenté et les perturbations ambiantes sont très efficacement atténuées.

A 130 km/h pendant 3, 4 ou 8 heures, « perturbations », c’est un doux euphémisme.

En descendant de mon fier destrier et en me mettant à l’aise après une journée de 1350 bornes sur un Brême / Marseille avec des longues pointes de vitesse complétement déraisonnables, la première chose que je me suis dit illico, c’est que je l’aurais certainement pas vécu aussi bien sans ces bouboules.

Enfin, ces boules Quiès serviront fatalement aussi en cas de camping au fin fond de la Croatie par exemple (ils sont souvent à proximité d’une route bien passante…) ou dans un dortoir à 4 d’une auberge de jeunesse à Athènes… et oui, je parle d’expérience !

Un achat indispensable.

Les vacances à moto, c’est aussi…

Profiter ! Que tu roules comme un pépé ou à fond de cale, que tu prennes une poche à eau ou que tu t’arrêtes prendre des diabolo-menthe sur le restauroute au bord de la nationale : BRAAAAAAAAAAAAP !

Et toi, c’est quoi tes trucs sur la route des vacances ?

Photo de Une Cyd Sulte Via Flickr
(ET au cas où tu te demandes, Ce billet ne contient aucun sponsoring)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *