(Photo de une : « Still keep a tight ass », EN STREET TRIPLE sur le périphérique parisien, par A.G photographe (voir son Facebook) avec son aimable autorisation).

BRAAAP !

Je viens de dépasser la barre des 30 000 kms au guidon de Brienne, une Street Triple R avec qui j’espère encore vivre de nombreuses aventures. Comme Brienne de Tarth dans Game of Thrones, oui, parce que c’est une guerrière et qu’elle est grise mat, couleur armure. 30 000 bornes à moto, c’est à peu de choses près plus que j’en ai jamais fait avec une voiture en bientôt 20 ans de permis B. Et c’est un joli score sachant que je prends pas Brienne pour aller travailler, ayant la chance de faire partie de cette caste d’individus bien membrés* privilégiés dont le bureau est à 4 minutes de marche de la maison.

* Je crois que je devrais pas écrire ça mais la correction est de miss Roadtrippeur, qui ricane perfidement depuis 20 minutes, non sans avoir souligné : « fallait vraiment que t’essaies de placer une allusion à ta virilité dans un article sur la moto ? Mouahahahaha ».

BRAAAAAAAAAAP !

On a quelques faits d’armes, Brienne et moi. Le Festival de Cannes, les Cinq Terres, la Corse, un aller-retour dans la soirée de 600 bornes pour aller voir Kate Tempest en concert… Et puis il y a eu un premier aller-retour à Brême, au Nord de l’Allemagne pour aller manger des currywursts arrosées de bière dans un beergarten le long de la Weser. Le retour effectué d’une traite, 1250 km en 15 heures, avec une pointe à 223 km/h sur l’autobhan. Oui oui, 15h et 1250 km de moto d’une traite sur une Street Triple pas carrenée, et je compte remettre ça fin janvier.

Chacun ses fontaines de jouvence.

Everyone is getting married or preganant and I'm just like braaaaaaap moto
L’un de mes mèmes préférés.

Il y a eu mon accident, aussi, alors que Brienne était encore un bébé, 6 mois et 8000 km au compteur. Le truc ultra bêta et ultra cliché. Fauché de nuit, en pleine ville, par derrière par une madame trop pressée qui avait pas vu que je ralentissais pour un feu rouge à cinquante mètres. J’étais déjà sur les freins, ce qui fait que je suis tombé tranquillement, presque à l’arrêt, et m’en suis sorti indemne. Brienne a dégusté, j’ai eu les larmes aux yeux en la voyant partir sur la dépanneuse.

Mais c’est tout élastique, les gosses, et ça se remet vite.

Enfin, avec tout ça, j’ai normalement j’ai la légitimité suffisante pour te filer mes conseils pour ne pas te comporter comme un parfait connard en moto, non ?

1. Mets du blé de côté. Blouson d’hiver, blouson d’été, blouson cuir, gants d’été, gants d’hiver, sous pulls thermiques, habits de pluie, bottes, jeans renforcés et tutti quanti… la pratique de la moto a intrinsèquement le don de faire exploser la garde robe du plus frugal des moines tibétains. Et puis le permis, l’assurance, éventuellement la location du garage, l’entretien (révisions obligatoires tous les 10 000 kms ou une fois par an en général, usure des plaquettes de frein et des pneus…) l’essence, tout ça coûte les yeux du cul.

Sérieusement. Surtout quand tu es jeune conducteur. Fais bien tes comptes avant de faire un crédit pour te payer la machine de tes rêves et t’apercevoir qu’il va falloir t’inscrire aux Restos du coeur si tu veux manger passé le 9 du mois.

saut à moto
« Ceux qui ont pas la moyenne au prochain devoir sur table, ils viendront m’assister pour mes leçons de moto. »

La moto, ça rime avec cerveau

 2. Potasse ton permis. L’examen du permis moto comporte une courte interrogation orale sur un thème tiré au sort parmi 12 fiches destinées à bien t’enfoncer dans le crâne que la moto c’est dangereux et la mort ça tue. Accidentologie, importance de l’équipement, de l’assurance, situations à risque, entretien, bla bla bla. Il te faudra être capable de monologuer 3-4 minutes devant l’examinateur (trice) et éventuellement répondre à 2-3 questions.

Rien de bien méchant et aucun piège, tout est dans le guide du permis moto fourni par l’auto-école. Tu seras bien avisé de commencer à le potasser avant même ton premier cours de conduite. Pour la petite histoire, j’ai vu un jeune réussir tranquillement ses manœuvres au plateau et se vautrer lamentablement sur l’interrogation orale – une note « C » étant éliminatoire.

« Qui veut aller loin ménage sa monture » : ça vaut autant pour ton canasson que pour la levrette…

3. Pense à ta moitié. Ou pas. Mon voisin d’en dessous, avec qui je tchatchais ce matin, et qui vient de réussir son plateau, est un petit malin. Il a capté d’entrée qu’il fallait composer avec sa madame, déjà pas enthousiaste à l’idée qu’il se mette à la moto. Aussi il a dirigé son choix sur un trail avec un minimum de confort pour accueillir le céans d’icelle.

Moi ? Je me suis fait ensorceler par un missile sur pattes avec 20 cm2 de selle passager. Confiante, naïve et encore un peu éprise de moi  (tu parles je suis avec toi pour ton pognon NDMissR), ma miss a d’abord fait avec. Mais comme elle est normalement constituée (elle a un popotin, quoi) elle a de plus en plus de mal. JDCJDR, mais tu ferais bien de prendre ça en compte, ou de prévoir de multiplier les petites attentions. Offre-lui son équipement, prévois un budget restau sur les balades… reporte-toi au point précédent.

4. Prépare toi à te peler les miches et perdre des litres de transpi (mais surtout, te plains pas). L’été, couvert des pieds à la tête, je décède par carbonisation à chaque feu rouge (mais sur les longs trajets j’ai trouvé la parade). L’hiver, malgré un blouson top moumoute, un surpantalon, des bottes, des gants chauffants : à moto le moindre centimètre carré pas couvert m’expose rapidement à la congélation style bâtonnet Captain Igloo. Malgré le Damart, malgré le Gore Tex, malgré les ventilations et autres matières respirantes : tu auras toujours trop chaud ou trop froid en moto, même et surtout si tu habite en Sudie comme bibi.

Et pourquoi devrait-il en être autrement ? La moto, ça se mérite. Le reste, c’est l’air conditionné, une cage de fer et quatre roues.

Ok, c’est l’autre qui est en tort. So what ? Lui il a un habitacle et une ceinture de sécurité. Toi, t’es juste mort

5. Sois tolérant envers les caisseux. Ils ont beau « oublier » leurs clignotants, téléphoner et textonner au volant, se maquiller, se curer le nez, manger leur McDo, tchatcher avec leurs passagers, chanter à tu-tête sur du Rihanna, se retourner pour attraper leur portemonnaie dans la veste sur la banquette arrière ou filer des baffes à leur ado, bref tout faire sauf regarder dans leurs rétros… quand ils te disent « je vous ai pas vu », il y a des chances pour que ce soit le cas.

Les motos représentent encore une part infime du trafic, le conducteur lambda est pas câblé du tout pour faire attention aux deux roues. Tu restes en outre beaucoup moins visible qu’une Smart. Et je peux t’assurer que malgré ton pot d’échappement full barouf de kéké à 300 décibels, je t’entends pas arriver et je sursaute à chaque fois que tu me doubles. Donc…

Zen

6. … à la rage facile, préfère adopter une conduite défensive. Sois attentif en permanence à ton environnement et anticipe. L’état de la route, le feu vert qui va passer à l’orange, la voiture qui va tourner sans clignotant, tout. Pars du principe que les autres conducteurs sont des tueurs en série et toi, t’es la blondinette de service qui veut survivre jusqu’à la fin du film. Fais particulièrement attention aux intersections (NE DOUBLE JAMAIS A CE MOMENT LA) et pratique l’inter-file en mode hardcore (game over dès la moindre faute, pas de vie supplémentaire, pas de continue).

7. Résiste à l’idée de t’offrir un pot qui fait trop de bruit, de le déchicaner, ou d’enlever le filtre anti-pollution pour faire plus de bruit. Faire du barouf en moto te rend pas plus cool, ça fait juste chier les voisins et les passants dans la rue. Bref, ça fait de toi un parfait connard.

« Allo, Jeremy ? C’est Triumph France à l’appareil. On suit ton blog avec passion et on voulait te dire que si t’atteins 100 likes sur Facebook, on t’offre une Street Triple customisée pour que tu fasses joujou sur la mer »

Si vis pacem, para cadere

8. « Si tu veux la paix, prépare-toi à tomber ». Je t’explique : j’ai roulé pépère pendant un bon moment, le temps de me faire un minimum la main, et ça m’a pas empêché de me faire tamponner (cf l’intro de ce billet). Aujourd’hui je suis loin d’être Valentino Rossi – ma bande de peur en fera sûrement rigoler plus d’un – mais je vais tout le temps souvent parfois des fois bon allez, très souvent un peu fort. Et ce malgré tout ce que j’ai pu promettre à ma mère, mes aïeux, ma copine, et ma pomme.

Une cylindrée dès 600 cm3 a des capacités d’accélération qui sèchent sur place la plupart des voitures. Si c’est pour jamais en profiter, autant s’acheter un scooter 125 cm3 ou un vélo électrique. C’est un fait : le motard qui te dit rouler cool est un poireau menteur – ou un vieux.

Après… j’ai ceci pour moi que je roule défensif (cf point 6) et tout équipé, tout le temps, avec gants, dorsale, jeans en toile de parachute de la NASA pour limiter l’abrasion en cas de glissade, et, depuis peu, des bottes monstrueuses qui pèsent un âne mort et remontent presque jusqu’aux genoux. Les anglo-saxons appellent ça ATGATT : « All The Gear, All The Time », ou je roule « Tout Equipé, Tout le Temps ». Je suis que trop conscient de ma vulnérabilité, et que la seule carrosserie que j’ai à moto, c’est celle que je veux bien enfiler.

Avant de changer ton pot ou taper dans le haut du panier des motos, assure-toi de rouler équipé, tout le temps, qu’il pleuve ou qu’il fasse 37 à l’ombre.

22 Comments

    1. Merci beaucoup El Mancho ! Roadtrippeur est encore un tout jeune blog qui a besoin de beaucoup de bonnes vibrations pour bien grandir. Alors ton commentaire, c’est du caviar ! 😀

  1. Oh, combien tout cela est vrai ! Puissent tous les motards ou futurs motards lire ceci ! Si cela était, tu aurais épargné plus de vies que tous les ABS et autres systèmes de sécurité du monde. Merci pour tout ce que tu as évoqué. Merci aussi pour l’humour, ça fait mieux passer la bonne parole.

    1. Sages conseils en effet qu’on verrait bien dans la bouche d’un moniteur d’auto-école. Je surlike la partie sur l’entrée de virage des débutants, j’ai failli me mettre en l’air une demi-douzaine de fois dans mes premiers mois à cause de ça. J’enlèverai peut-être le « vas conduire dans les chemins pour te familiariser avec les commandes », pas nécessaire à mon humble avis quand on sort de 20 heures de conduite d’une formation un minimum sérieuse.

  2. Bon déjà t’es un pote de « Street » la meilleure moto du monde, en toute objectivité, bien sur ! (et je ne dis pas ça parce que moi aussi je roule au pudding de Hinkley ! 😉 mais surtout, même si je fait partie des vieux (42 dents et toutes mes piges) je me reconnais complètement dans ta philosophie de la moto ! Ride Wise Ride Safe et ça n’empêche pas le plaisir, et le pot « full barouf » qui peut « sauver des vies » je n’y jamais cru ! 😉 « Tombé en amour », comme disent les Québécois, depuis 2014 et avec bientôt 40.000 klm le « All The Gear, All The Time  » devrait la religion de TOUS les motards ! et c’est bien d’en prendre conscience quand on est un « jeune fifou » !
    Bref ! je m’égare ! Un beau billet, bien écrit et tout plein de bon sens !
    A bientôt sur la route maybe !
    Et si tu n’y est pas déjà viens faire un tour sur Twitter #Motardie l’esprit devrait te plaire 😉
    Ride Safe !

    1. Honnêtement, le pot « full barouf », je lis régulièrement que ça ne fait aucune différence.
      J’ai eu l’occasion de tester dans le vif : 14000km avec l’échappement d’origine, ballades et trajet maison boulot tous les jours en Ile de France sur l’A86.
      Le jour ou j’ai récupéré la moto avec la ligne montée (Sc Poject), j’ai halluciné… je ne pensais pas que la différence allait être à ce point visible!
      Après, c’est un bi, et la ligne complète (obligatoire sur la MT07) est quand même bien violente…

      C’est la région parisienne, donc on peut faire des km en interfile, avec des voitures à l’arrêt…

      Ca ne veut pas dire qu’on peut rouler n’importe comment, par contre, ça veut dire qu’en cas de danger, une voiture qui dévie, une camionnette qui veut changer de file alors qu’on est à côté etc… il suffit de mettre un coup de gaz, et HOP, miracle, on est sur le radar.

      Dans la région ou le klaxon ne veut plus rien dire, vu qu’on en entend 230 fois par jour alors qu’il n’y a pas de danger…. c’est important d’avoir un moyen de faire savoir qu’on est là…!

      J’ai vendu la MT, et pris une VFR : 10 000km avant de changer l’échappement : la différence est moindre, mais le coup de gaz marche toujours autant en cas de besoin!

      1. Hello Gauthier,
        J’ai la chance de pouvoir aller bosser à pieds, je connais peu le périph, mais j’imagine l’enfer – il me suffit d’aller à Marseille aux heures de pointe.
        il y a très certainement des automobilistes et des situations où ton barouf va te faire remarquer et te faciliter la situation, je dis pas. Et je doute pas de ta bonne foi. Mais je suis pas super convaincu du rapport bénéfice / désagréments pour l’entourage, surtout.

        J’ai beaucoup de mal à supporter les pétarades en pleine ville des rigolos en sportives qui gazent pour se faire remarquer, ou pire, les apprentis Easy riders qui retiennent de la moto que les franges et le barouf. Je trouve que ça contribue pas à donner une bonne image des motards.
        Mais comme toujours il y a des exceptions et tu sembles en faire partie ! 😀

        1. J’aimerais aller bosser à pied… mais là j’avoue que ça fait loin quand même… 😀

          Je comprend tout à fait le désagrément pour l’entourage : il suffit de pas rouler comme un t*** d* c** ^^ à 50 en 5ème ça passe sans soucis, et ça fait pas de bruit 😀
          Je râle régulièrement devant mon film le soir quand j’entend un mec qui part faire son wheeling devant chez moi, et que j’entend sur 2km environ : oui oui, on a compris, ton gex prend 15 000tr et c’est rigolo…

          (en passant, c’est pas pire que les Tmax hein :D)

          Mais oui, je comprends que pour l’image des motards, le bruit est plus négatif qu’autre chose, et qu’en abuser finira par nous priver de certaines routes sympa…
          Par contre, devant l’Elysée, l’assemblée nationale et le sénat, il faut passer en fond de première histoire de les réveiller un peu 😀 😀

  3. Perso, ma petite expérience de motard a aussi fait de moi un meilleur conducteur de bagnole : entre autres, je casse la nuque pour regarder l’angle mort directement, après être passé par le rétro.

    Sur le fond, je trouve que tout le monde devrait commencer par une moyenne cylindree avant de monter sur ses grand chevaux. Parce que c’est deja qqchose de maitriser un roaster de 400/600cm3, et cela permet deja de se faire largement plaisir comme tu le dis bien. Donc on peut bien attendre 4-5 ans avant d’enfourcher une Hayabusa/Vmax et autres tueuses, qui a mon humble avis n’ont rien a faire sur la route et devraient rester sur les circuits.

    Signé : un mec qui roule cool et espère être ni un poireau, ni un menteur, ni un pépé (quoi que?)…

    1. Oui, et j’aurais pu le glisser quelque part dans l’article : devenir motard fait de toi un meilleur conducteur, c’est indéniable. Plus conscient de la vulnérabilité au volant / au guidon, plus conscient de la nécessité de partager la route.

      Pour le choix de la moto, la sagesse recommande bien sûr de commencer cool, par une petite cylindrée prise en occasion pour se faire la main avant de viser plus haut. Ça fait moins mal d’érafler une petite moto d’occase en cas de chute idiote à l’arrêt, qu’une machine neuve que tu as désirée longtemps…

      Avant de passer le permis j’ai commencé par regarder les Harleys, puis un Diavel complètement hors de portée, puis j’ai failli prendre une petite Honda Hornet de 600 cm3 avant de tomber sur les Street Triple <3 et pour le moment ça me va. Le critère déterminant à vrai dire, outre la gueule de la bête, était pas la puissance mais le poids plume de la machine pour mes petits bras. Et la puissance est largement suffisante. Je dis pas que je passerai jamais à un peu plus haut, mais pareil, je vois pas l'intérêt d'aller dans le trop haut.

      Après, quels que soient ta machine et ton style de conduite, poireau cool pépé ou menteur, personne a à la ramener. C'est ton choix, ton kif, l'important c'est de rouler et puis c'est tout !

  4. Yop !

    Énorme ce billet (celui de ton blog, pas le vermicelle dans ton slip !). J’ai bien ris du début à la fin, tout en abordant des sujets importants.

    J’essaye de retranscrire les exploits de la vie quotidienne, va faire un tour si t’en as l’occasion, je ne demande qu’à avoir des critiques (même négatives ;))

    https://www.youtube.com/channel/UC_Gm35tQOye2kThZ3Uj7I8A/videos

    Merci et à la prochaine, je m’inscris ! 😀

    V

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *