Suite de ma série « Comment bien s’équiper en évitant de reproduire les mêmes erreurs que tonton RoadTrippeur ». Parce que la sécurité, c’est important, et que tu le vaux bien. L’épisode 1, sur les casques, est par là.  Leçon du jour : le blouson moto. Tu pourras ensuite lire aussi comment choisir son jeans moto, comment choisir ses gants et chaussures de moto.

Ah, le blouson moto. Tout un symbole. Pour certains c’est le cuir du grand-frère, qui a fait la guerre de 103 sv en Bandit 400. Patiné juste ce qu’il faut, peut-être orné d’un ou deux patchs et portant encore des traces de graffes au blanco (« Ni Dieu ni Maître », griffonné après deux semaines de philo en Terminale L 2).

Pour d’autres c’est le blouson technique en cordura qui ressemble à une veste de ski, avec plein de poches pratiques, offert en concession avec l’achat de la trail aventure et des valises latérales en aluminium, pour partir au bout du monde.

Blouson moto = achat coup de cœur

Quand il est pas issu de l’héritage familial ou déniché sur une bourse moto à bas prix, le blouson moto est – plus que le casque – souvent l’achat coup de cœur. Dis-moi ce que tu portes à moto, je te dirai quel motard tu es, et probablement en quoi tu roules.

Ce qui doit pas t’empêcher de te poser quelques questions. Ni laisser le look être ta seule boussole, comme par exemple dans ce scandaleux article conso du Figaro qui fait rimer blouson moto en cuir à 2200 euros (!) avec parfum Chanel biker. Sache ainsi que le bombers cité dans ce papier est à proscrire : les fibres de la famille des plastiques telles nylon, polyamide fondent sur l’asphalte en cas de glissade et fusionnent avec ta peau, pour des années de fun avec ton dermato.

Coupons court aux débats spécieux afin d’éviter d’écrire des tartines. Rajoute une buche dans la cheminée et assis-toi confortablement : je vais tout simplement te raconter mon expérience.

ATTGAT équipement moto kéké dénudé
Non. Non non non non non non non, non. Trop pas. Jamais. En moto on sort couvert et pis c’est tout. Photo (c) Mikey G Ottawa, avec son aimable autorisation. Si tu veux faire une bonne action, tu as le choix : adopte une baleine, ou va voir son FlickR

Printemps

J’achète d’abord un cuir racing super stylé, tellement qu’il a une bosse aérodynamique dans le dos. Très ajusté, avec de super protections protections coudes et épaules (inserts en matière plastique, semblables aux protège-tibias et coquilles des footeux). Une vraie petite bombe. Prix : 460 euros en promo. Critère d’achat déterminant : le coup de cœur, et le fait que le cuir soit la matière la plus résistante à l’abrasion en cas de chute.

Le blouson étant pas fourni avec une protection dorsale, j’en ai acheté une en option, pour une cinquantaine d’euros, je crois.

blouson moto jacket motorcycle alpinestars celer

Si on te vend un blouson moto avec « renfort dorsal en mousse, dorsale homologuée en option », tu peux rire (jaune) mais va surtout pas croire que le renfort dorsal en mousse te protégera de quoi que ce soit en cas de chute. Il faut impérativement te procurer une vraie dorsale, certifiée CE. Plus à ce sujet ci-dessous.

Été

Trois mois plus tard, en plein été provençal, dans mon super blouson cuir qui me fait un look de Quasimodo et pèse un âne mort. A chaque feu rouge, à Marseille ou Aix en Provence, je passe de saignant à à point, prêt à être servi avec des frites et du ketchup. C’est infernal.

J’opte très vite pour un blouson d’été plus léger, en tissu résistant, avec de larges panneaux en maille et en mesh sur le devant pour la ventilation. Prix ? De mémoire, 120 à 150 balles. Critères d’achat déterminants : le look (j’ai voulu éviter le noir, pour changer) et la ventilation.

blouson été ventilé helstons helston 's district mesh hetlson
Ce truc un peu grillagé sur l’avant, là, ce sont des panneaux ventilés qui laissent passer l’air. Et ça se sent. Les épaules et les coudes comportent des renforts, comme sur les autres blousons. La différence, c’est que le textile est moins résistant à l’abrasion que le cuir.

Les promesses d’ouvertures ventilées sur un cuir (souvent avec une fermeture Éclair) c’est une vaste blague. En cuir, l’été, tu cuis et mijote dans ta sueur, c’est pas deux ventilations de 4 cm sur le côté qui vont changer la donne.

Automne

Re-3 mois plus tard, en plein automne, j’ai rangé le blouson d’été, et le cuir commence à être juste pour les fin de soirées frisquettes. Je peux mettre dessous un sous pull ou un pull léger, un sweat-shirt, mais pas beaucoup plus.

Je fais vite connaissance avec une invention absolument géniale, le tour de cou. Aussi stylé qu’isolant, et facilement rangeable dans une poche, à l’inverse des nombreuses écharpes que j’ai paumées au fil des ans au ciné, en cours, au resto. Prix : environ 15 euros.

Je sens quand même que cet arrangement va vite atteindre ses limites.

tour de cou cagoule moto froid
Alors ça, c’est un tour de cou qui fait aussi protection visage. Une cagoule, quoi. Et, heu, à Marseille, ça va merci, on en est pas jusque là.

En moto, on porte des tours de cou, plutôt que des écharpes. La raison majeure est aussi improbable qu’effroyable.

Hiver

En hiver, la température ressentie à moto chute en même temps que ta vitesse augmente : à 110 à l’heure, pour une température mesurée de 5°, ton corps à poil retiendrait… – 4° ! Du coup le moindre centimètre carré de peau non couvert pardonne pas.

Tu vois, cette manche de blouson plus ou moins bien rabattue sur la manchette de ton gant ? Ta fermeture Éclair pas remontée jusqu’en haut ? Bah, tu vas vite te rendre compte qu’il faut régler ça, avant de te peler les miches.

Ce principe vaut aussi pour la sortie à la journée où on se dit « nan mais c’est bon, je prends pas le tour de cou / le sous-pull, on rentrera tôt de toute manière », et où un bon après-midi + un diner impromptu au restau plus tard, on maudit tous les Saints de la terre d’avoir été si couillon optimiste.

Bref, j’ai fait l’acquisition, moyennant 300 écus, d’un blouson moto stylé anorak 2 en 1. Sa doublure doudoune peut être virée le printemps et l’été, et en combo avec sa membrane extérieure imperméable (c’est E-SSEN-TIEL), elle assure contre le froid.

Le tout, muni évidemment des renforts coudes et épaules, fait aussi un très bon blouson de ski.

C’est con, je vais jamais au ski.

 

blouson moto hiver alpliestars alpinestars dusk
L’extérieur marron est imperméable. L’intérieur orange est une doudoune amovible et lavable. Le tout est suffisamment chaud pour affronter les rigueurs de l’hiver provençal. Photo capture d’écran d’une vidéo de démo du site Revzilla.com.

Quelle que soit la saison, évite de prendre un modèle de veste avec un col trop haut et rigide. A haute vitesse, contre le vent, il aura tendance à t’étrangler et poids du casque oblige, tu vas te retrouver à lutter comme une bête pour maintenir ta tête. Sur les longs trajets, je t’en parle même pas.

… et printemps.

Je m’aperçois après un poil d’expérience que la dorsale intégrée au blouson, c’est chouette mais vite fait. Elle descend pas assez loin sur les reins à mon goût, je lui trouve globalement un air de trop peu. J’investis donc dans un gilet dorsal. Il est un peu plus encombrant – sous le cuir, ça devient vraiment limite – mais me semble de bien meilleur facture. Même sans parler de sa certification CE niveau 2, il me rassure. En solde, j’en ai eu pour +- 100 euros.

Rassuré, je peux envoyer avec plus de confiance sur la route.

Un peu plus tard, je troque la dorsale (temporairement ?) contre un gilet airbag sans fil In&Motion.

 

gilet dorsale tryonic moto gilet
Là, ça commence à être du sérieux : le gilet avec dorsale.

Et si c’était à refaire ?

Trois blousons, deux dorsales, tous achetés neufs, je te laisse faire l’addition : j’ai craché un montant indécent pour m’équiper en apprenant sur le tas. Et je suis bien emmerdé pour conclure et te dire « fais-ci, fais ça ». L’équilibre look – protection contre les accidents – protection contre les intempéries est à déterminer en fonction de ton rapport au risque et de la thune que tu peux / veux y consacrer. D’autant que si tu es comme moi petit scarabée, on aura beau te dire ce qu’on voudra, si tu as flashé sur un cuir, rien ni personne pourra t’en détourner.

Ce que je sais, c’est qu’il vaut mieux dépenser des mille et des cents et sortir couvert systématiquement que risquer la greffe de peau alors que t’auras glissé à 50 à l’heure sur une flaque d’huile dans un rond point, en short et t-shirt, parce que t’avais la flemme de t’équiper juste pour aller chercher le pain…

Le mot de la fin : 3 astuces de renard pour choisir ton blouson moto

Un bon blouson moto sera toujours choisi selon un compromis look – protection contre les accidents et les intempéries – prix. Dans cet ordre. Ta peau te dira merci. Il est pas nécessaire de dépenser des mille et des cents : pense aux bourses, aux soldes… Et paradoxalement, lésine pas sur les moyens : pense à t’équiper sur les 4 saisons AVANT de changer ton pot d’échappement ou poser des LED clignotantes de Jacky sur ton sabot moteur.

Le blouson moto ultime sera le plus évolutif possible : doublure étanche / chaude amovible, possibilité de lavage, durabilité des tissus utilisés…

Il peut être intéressant de choisir ton blouson moto légèrement trop grand afin d’être certain de pouvoir enfiler un pull + une bonne dorsale, voire un gilet airbag dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *