Quand Turkish Airlines fait passer de 6 heures à un jour et demi ton escale à Istanbul, tu soupçonnes d’abord la compagnie nationale de comploter pour te contraindre à dépenser tes devises sur place. Rapidement, tu te jettes un whisky, puis deux, puis trois ou quatre – après ça tu as arrêté de compter – pour faire passer le goût amer des attentats, des coups d’État (nous sommes moins d’un mois après la tentative de putsch), du nationalisme à voiles et à Erdogan. Traverser le Bosphore… et mourir ?

17h30 le taxi, c’est sa vie

J’embarque avec la miss dans un taxi chelou qui a repéré ma trogne de brave garçon à 100 mètres. Le type m’annonce « yes, yes, Sultanamet, 110, 130, 140 liras » tout en m’assurant « yes, yes, taximeter ». Je monte, il y a pas de taximètre, je gueule, et à l’arrivée, à deux doigts de la crise de nerfs, je finis par payer 100 LT (Lires Turques), le double d’une course normale, tout en étant parfaitement conscient de me faire avoir – mais ça, ça mérite un billet à part.

18h30 « Vous êtes upgradés ».

Il y a 13/14 ans, lors de mon premier voyage en Turquie, à Istanbul j’avais dormi dans un duvet, dans la cave d’un hôtel, pour 5 euros la nuit. Aujourd’hui, je suis vieux, et surtout, EN COUPLE.

Pour un peu, après le fail précédent, j’embrasserais le réceptionniste sur le front. Pour moins de 57 euros, à nous la « Deluxe suite » de                              et une petite vue sur la mer de Marmara en prime. A deux cent mètres de la Mosquée bleue et Sainte Sophie, dans une rue plutôt calme (lire plus bas, « 5h du matin »), avec un petit déj de compèt :                           Hotel est un très bon plan pour qui veut sa base stambouliote dans le quartier folklorique.

19h Des mosquées et des nanas

Place Sultan Ahmet. Il est trop tard pour entrer à Sainte Sophie ou à la Mosquée Bleue, mais                                                            . L’endroit est est un haut lieu de flânerie pour les couples et familles locales. Il y a des nanas à voiles, à burkas, des sans voiles, à burkas en baskets les yeux rivés sur l’Iphone, des nanas en mini jupes pomponnées, des nanas à voiles pomponnées, très peu de touristes et une forte présence policière. Je me dis que l’équilibre turc est                                                                                                              Erdogan et                                                                                                                                               Europe                                                        .

Nous n’entrerons pas dans Sainte Sophie (Hagia Sophia) (entrée 40 LT, 12 euros) ni la Mosquée Bleue (Sultanhamet camii) (entrée gratuite) mais je ferai, seul, la mosquée de Soliman le magnifique (lire plus bas).

[La photo ici a disparu]

20h                                           

Balade dans Sultanamet vers le Bosphore, via Google Maps. Ce     août, les rues à restaurants et à souvenirs devraient être blindées de touristes, elles sont                                                                                                                              

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        .

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          .

Ce billet, en gestation depuis mon retour de voyage à l’été 2016, devait être bien plus long et fouillé. Ces derniers jours (mi-novembre 2016) le dirigeant Turc a intensifié sa main-mise sur le pays en accélérant les purges au sein des contre-pouvoirs, incarcérant de nombreux journalistes, enseignants, juges… avec au programme le rétablissement de la peine de mort.

Ça craint, mec.

Il m’est impossible de faire du tourisme comme si de rien n’était.

EDIT, Décembre 2017 : et maintenant, les autodafés  ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *